02.10.2018

C’était hier : Sur les ruines du château du Kercorb

L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 2 octobre 2003.

compagnons de roubichouxJean-Luc Bénet a proposé une visite guidée sur les hauts de Roubichoux (photos archives, Septembre 2003).

Après leur traditionnel rendez-vous de Pâques, les Compagnons de Roubichoux se sont une nouvelle fois retrouvés à la faveur de la première fête jamais organisée au hameau. Des festivités placées sous le signe de la vigne et du vin, car les Compagnons et leurs invités, enfants en tête, ont procédé à la cueillette du raisin du clos Roubichoux.

compagnons de roubichoux

Plantée à flanc de coteau, la vigne fait face aux petites Pyrénées et si elle jouit d’un ensoleillement conséquent, elle bénéficie surtout des soins attentifs de Pierre Bénet. Une vendange ici aussi très précoce, qui aura vu chapeaux de paille et sécateurs tenir la vedette toute la matinée durant, avec le précieux concours des chevaux Iris, Lisette et Liberté.

compagnons de roubichoux

Après la bénédiction des tonneaux, une colle fatiguée mais ravie s’est retrouvée autour d’une table abondamment garnie, avant les visites guidées de la chapelle de Saint-André-de-Roubichoux et des ruines qui se dressent là-haut sur les crêtes environnantes. En ces journées du Patrimoine et en dépit de l’orage qui menaçait, les plus passionnés ont suivi le pas de Jean-Luc Bénet jusqu’aux vieilles pierres chargées d’histoire. Un passé retracé avec une passion communicative par Jean-Luc Bénet qui a vraisemblablement réussi là où tant d’autres ont échoué, en localisant preuves à l’appui le véritable site du château du Kercorb.

compagnons de roubichoux

compagnons de roubichoux

compagnons de roubichoux

29.09.2018

Compagnons de Roubichoux, à vos sécateurs !

compagnons de roubichouxPour l’occasion, Caoline, jument comtoise descendra de Rouze (photos archives, septembre 2016).

La 16e édition de la fête du hameau de Roubichoux sera célébrée demain dimanche 30 septembre, avec en point d’orgue, la vendange du chardonnay de la vigne paysagère d’un clos d’exception. Comme tous les premiers dimanches d’automne, le temps de la vendange est venu, les Compagnons et leurs invités vont procéder à la cueillette à l’ancienne du Clos Roubichoux, vigne plantée à flanc de coteau.

compagnons de roubichoux

Les porteurs, personnages clef de la vendange.

07.04.2018

Les Compagnons de Roubichoux ont salué la mémoire de leur ami Claude Vidal

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benetPierre Benet remet la cape des Compagnons à Françoise Vidal.

La petite chapelle de Saint-André tutoyait la voûte des nuages en ce lundi 2 avril, journée de retrouvailles pascales pour les Compagnons de Roubichoux et leurs nombreux amis. Couverts par une tranquillité de façade, les membres de la Brigade et Michel Boussioux, grand intendant, soignaient les ultimes préparatifs d’un rendez-vous d’amis gastronomes. Tandis que sous la nef d’un lieu saint relevé de ses ruines, le Père Georges Passerat célébrait la messe de l’octave. Office dont le dernier acte permettra la bénédiction d’une plaque souvenir apposée dans la chapelle, à la mémoire de Claude Vidal, accompagné vers sa dernière demeure, le 7 décembre dernier à Villalier.

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

Derrière la bannière de Patrick Hoff, grand massier, les Compagnons rejoignaient alors leurs invités pour célébrer un nouveau Chapitre, face aux petites Pyrénées baignées de lumière. En l’absence de Jean-Louis Goepfert, grand maître retenu sous d’autres latitudes, il revenait à Pierre Benet, grand chancelier, d’ouvrir une cérémonie placée sous le signe du souvenir.

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

Souvenir du compagnon et ami Claude Vidal, intronisé en 2007, récipiendaire de la cape des Compagnons en 2008, et parrain du magnifique théâtre de verdure, dont il fut le mécène tutélaire. Pierre Benet allait également rappeler comment Roubichoux est devenu un centre d’essais pour les nouvelles machines agricoles de la société carcassonnaise Majar, dont Claude Vidal était le président. En ce Lundi de Pâques 2018, la cape de Claude s’est retrouvée posée sur les épaules de Françoise, son épouse, à l’initiative des Compagnons de Roubichoux, fidèles en amitié.

Malgré la froideur ambiante, ce chaleureux Chapitre a permis aux néo médaillés Gérard Nicol, René Valentin et Nicolas Doutre de rejoindre un cercle de bâtisseurs épicuriens, trop heureux d’inviter l’assemblée à goûter le chardonnay du Clos Roubichoux, Cuvée 2016.

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

Le théâtre de verdure a accueilli un nouveau Chapitre

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

Pierre Benet a renouvelé un message d'amitié à Françoise Vidal

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

Gérard Nicol, une fine lame à Roubichoux

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

René Valentin a salué la mémoire de son complice disparu 

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

La médaille des Compagnons pour Nicolas Doutre 

compagnons de roubichoux,claude vidal,pierre benet

L'hommage de Patrick Hoff à l'ami Claude

01.10.2010

La vendange du Clos Roubichoux est rentrée

P.Bénet.jpgCélébrée dimanche 26 septembre, la 8e édition de la fête du hameau de Roubichoux a vu chapeaux de paille et sécateurs investir une nouvelle fois la vigne paysagère du Clos Roubichoux. Comme tous les premiers dimanches d'automne, le temps de la vendange venu, les compagnons et leurs invités ont procédé à la cueillette du raisin, à l'ancienne et avec le précieux concours de chevaux comtois. Avant d'entrer dans la vigne plantée à flanc de coteau, la colle était invitée à déguster un solide petit-déjeuner vigneron composé de « cansalade » et saucisse, accompagnées de merlot et syrah. « Mousseigne » en tête, cent vendangeurs munis de petites caisses ont alors délesté les 1000 pieds de vigne de leurs grains précieux, pour une vendange 2010 de moindre quantité au final, soit un tiers de moins que la récolte habituelle, conséquence de la sècheresse.  

Intronisation.jpgLa fête allait se poursuivre aux côtés de la Confrérie des Compagnons de Saint André de Roubichoux, réunie dans un superbe théâtre de verdure, cadre d'un 16e Chapitre. Jean-Louis Goepfert, grand-maître  de la Confrérie, prononçait un ardent discours d'ouverture, avant que Pierre Bénet, grand chancelier, ne procède à la remise de médailles, gages de remerciements envers bénévoles, donateurs et partenaires. Le protocole était respecté et la cérémonie d'intronisation permettait d'honorer deux des compagnons présents depuis le début de l'aventure, Pierre Roland venu de Montargis, et Jean Juan, militaire aux nombreux états de service, "auquel ne manquait peut-être au revers de la veste, que la médaille des Compagnons". Egalement salués, Richard Andrieu, Jean-Paul Cubilier et Bruno Santarosa, cuisiniers de leur état, jeunes retraités passionnés par l'aventure des Compagnons et fidèles depuis une belle dizaine d'années, l'amie Momo, Mauricette Jasse, et Roger Rosich conseiller général.  

P Hoff II.jpgImperturbable malgré l'aquilon, Patrick Hoff grand massier de la Confrérie, faisait corps avec un étendard qui pliait sans rompre, juste avant de régaler l'auditoire de deux fables de Jean de la Fontaine. Ne manquait en réalité que le loup, car le chien était bien là, venu donner une réplique parfaite à l'initiateur du théâtre de verdure.

P Hoff III.jpgL'heure était venue de déguster le Chardonnay 2009, le regard tourné vers les Pyrénées et un œil sur la braise, que Guido Calvène couvait depuis le matin. Les 200 convives ne tarderaient pas à passer à table, tandis que l'après-midi serait consacrée à la visite de la chapelle Saint André, des champs truffiers et des ruches. Clocher mur.jpgL'ambiance festive et conviviale allait perdurer aux abords de la Tour Basse, témoin de cet art du bien vivre que les Compagnons de Roubichoux cultivent et perpétuent depuis deux décennies.

 

 

 

10.09.2009

Le trésor des Compagnons de Roubichoux

« Je ne sais quel antijudaïste ou antichrétien des premiers âges, donc quel catholique vacciné a bien pu souffler aux oreilles des amis de Roubichoux que leur édifice religieux était une chapelle carolingienne ! »

Ainsi s'exprimait Jacques Touchet un certain lundi de Pâques 2003, invité par les Compagnons de Roubichoux à dévoiler la signification de textes et signes gravés dans deux blocs de pierre mis à jour au pied du parvis de la chapelle St-André. Président de la Société d'études des anciens peuples méditerranéens, linguiste, épigraphiste et paléographe distingué, Jacques Touchet offrait ce jour-là une brillante démonstration à la conclusion de laquelle, il datait le monument cultuel de Roubichoux entre le Ier et IIIe siècle de notre ère.

Stones Avril 2003.JPG
Les pierres étaient enfouies dans le sous-sol de la chapelle.

A l'analyse des caractères d'écriture figurant sur la pierre, il apparaît que le texte est écrit en araméen, langue parlée par le Christ, ses adeptes et le peuple : « Tout semble indiquer que ce texte fut gravé par de nouveaux arrivants ayant employé au préalable l'hébreu, le grec et le latin, donc des gens ayant voyagé et demeuré dans divers pays (Palestine, Grèce et pays de l'empire romain germanique). Ces constatations orientent historiquement à supposer qu'il s'agit de Mérovingiens pouvant s'estimer héritiers du Christ, descendant du Roi David. Certains détails déduits du texte font penser à des juifs palestiniens avec des rituels mi-mosaïques mi-chrétiens des premiers âges (les Ebionites) qui étaient des juifs voulant revenir à la pureté du culte originel en suivant en cela, les vœux du Christ. Ces premiers chrétiens condamnaient la dégénérescence politique, morale et religieuse des pharisiens. Il apparaît donc certain que ce gros bloc de pierre gravé dont le dessus est lisse et plat était un socle sur lequel le prêtre montait pour dire sa messe et bénir ses fidèles».

J L Benet Avril 2003.JPGJacques Touchet (ici aux côtés de Jean-Luc Bénet) a ainsi permis d'éclairer d'un jour nouveau l'histoire de la chapelle, dont l'existence remontait à 1115, selon les seules sources connues à ce jour et tirées des documents du Prieuré de Notre-Dame-de-Camon.

Une nouvelle fois rassemblés dans le cadre enchanteur de la chapelle St-André, Jean-Luc Bénet et ses compagnons bâtisseurs de cathédrales ont pu lever une petite part du mystère gravé dans la pierre : cette basilique paléochrétienne minutieusement restaurée depuis 1990 serait donc en réalité une synagogue mérovingienne et Roubichoux signifierait en araméen, « Fondation de la terre heureuse du fenouil».

Nef Roubichoux Avril 2003.JPG