17.05.2017

A la mémoire des internés du camp de Rivel

camp de rivel,ardiep,arac

Le rendez-vous annuel organisé à l’initiative de Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants) et Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) aura lieu samedi 20 mai, sur le site de l’ancien camp de Rivel.

camp de rivel,ardiep,aracSitué à quatre kilomètres de Chalabre, au lieu-dit « la scierie de la Prade », l’endroit était jusqu'en 1939, la propriété de Guy Pierre, résidant à Toulouse. Le gouvernement français ayant alors ordonné aux préfets du sud de prévoir une arrivée massive de réfugiés, le terrain situé à 200 mètres de la gare de Rivel-Montbel, se transformera en un centre de séjour surveillé, placé sous la garde du lieutenant François-Paul Bonnet. Les travaux commencés en octobre 1939 seront terminés à la fin de l’année 1940 et le camp clôturé de plaques de ciment surmontées de barbelés accueillera 253 « indésirables ». Nom donné à des syndicalistes et communistes, parmi lesquels Roger Garaudy, lesquels seront transférés le 28 janvier 1941 vers Saint Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, avant un nouveau départ vers l’Afrique du Nord, en mars 1941. Le camp de Rivel accueillera ensuite des Allemands fuyant le régime nazi, et des juifs de toutes nationalités ayant cru trouver en France une terre d’asile. En août 1942, le jour de la « rafle du Vèl d’hiv », tous seront transférés à Bram, les uns étant ensuite dirigés vers Rivesaltes, les autres subissant la déportation vers Auschwitz, via le camp de Drancy.  

camp de rivel,ardiep,aracCette cérémonie du souvenir se déroulera à partir de 10h 45 au pied de la stèle bâtie en 1996 par les Limouxins Michel Salinas et Gaston Delpech. Jean-Pierre Salvat, maire de Rivel, accueillera les représentants des associations d’anciens combattants, leurs porte-drapeaux et les élus. L’assemblée se rendra ensuite au monument aux Morts de Rivel.

18.08.2016

Cérémonie du Souvenir au col de la Flotte

Louis Calvet pour l’ARAC de l’Aude (Association républicaine des Anciens-combattants), communique :

« Comme chaque année, ce dimanche 7 août, une délégation du souvenir, avec porte-drapeaux, accompagnait Daniel Lefebvre, maire de Sonnac-sur-l’Hers, pour un dépôt de gerbe au pied de la stèle érigée au col de la Flotte. Une cérémonie pour honorer la mémoire des résistants au régime de Vichy, tombés dans une embuscade, sous les balles d’un commando nazi, le 27 juillet 1944. Ce que nous pouvons déplorer, c’est qu’à ces cérémonies, nous soyons si peu nombreux ! Car tous, autant que nous sommes, nous devons notre Liberté à ceux qui bien souvent dans leur jeune âge ont fait don de leur vie, pour que nous puissions vivre libre. Notre devoir est d’en informer nos enfants et petits-enfants, y compris dans les écoles. Ici à la Flotte (comme à bien d’autres endroits), ils sont tombés.

Sur la stèle érigée à leur mémoire, on peut lire les noms de Louis Bages, Thomas Helmut, André Laffon, Fernand Prétal, Paul Vernière, « Ils sont morts pour que vive la France ». Cette France, que les délégations du monde entier, réunies au siège des Nations Unies, ont applaudie debout, après le discours de paix donné par Dominique de Villepin. Nous pouvons ajouter que, malgré toutes les difficultés auxquelles il est confronté, le peuple français ne sera jamais un peuple d’esclaves ».

col de la flotte,arac

 La stèle du col de la Flotte (photo archives, dimanche 2 août 2015).

30.04.2016

Le souvenir des internés du camp de Rivel honoré

Une cérémonie était organisée samedi dernier, en mémoire des victimes du gouvernement de Vichy, internées au camp.

camp de rivel,arac,ardiepGeorges Sentis a adressé un message au nom de l’Arac des Pyrénées-Orientales.

Samedi 23 avril, l’association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques (Ardiep) et l’Arac, association républicaine des anciens combattants, honoraient la mémoire des victimes du système vichyssois, internées dans l’enceinte du camp de Rivel. A leurs côtés, de nombreuses délégations du Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, les représentants des maquis de la Montagne-Noire, les Guerrilleros républicains espagnols, ANACR, Ufac, FNDIRP, FMD, Fnaca, et élus locaux.

Au pied de la stèle érigée en 1996 par Michel Salinas et Gaston Delpech, il revenait à Serge Pagès, président de l’Arac, d’ouvrir une cérémonie empreinte de simplicité, émouvant retour vers le passé ponctué par les interventions de Marie-Ange Larruy au nom d’Andrée Zdrojower souffrante (Ardiep), Georges Sentis, historien (Arac Pyrénées-Orientales), Annie Bohic-Cortès (conseil départemental) et Daniel Graechen (Ufac).

camp de rivel,arac,ardiep

Ainsi était évoqué le destin de ceux que Pierre Laval chef du gouvernement de Philippe Pétain et ministre de l’intérieur, considérait comme des « indésirables ». Républicains espagnols, réfugiés allemands, militants communistes, syndicalistes, patriotes, résistants et juifs auront transité par le camp de Rivel (1940-1944), avant une déportation vers les camps de la mort.

camp de rivel,arac,ardiep

Après le dépôt de gerbes, l’assemblée se transportait jusqu’au monument aux Morts de Rivel, où Jean-Pierre Salvat, maire, évoquait un passé rivélois marqué par la proximité du camp dit de « la scierie de la Prade ». Intervention à l’issue de laquelle il a rendu un hommage particulier à MM. Louis Vives et Bernard Egger, tout dernièrement disparus.

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

22.04.2016

Cérémonie à la mémoire des internés du camp de Rivel

arac,ardiep,camp de rivel

Le rendez-vous annuel organisé à l’initiative de Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants) et Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) aura lieu samedi 23 avril, sur le site de l’ancien camp de Rivel. Situé à quatre kilomètres de Chalabre, au lieu-dit « la scierie de la Prade » (« le moulin de l’évêque » est une appellation plus récente), l’endroit était jusqu'en 1939, la propriété de Guy Pierre, résidant à Toulouse. Le gouvernement français ayant alors ordonné aux préfets du sud de prévoir une arrivée massive de réfugiés, le terrain situé à 200 mètres de la gare de Rivel-Montbel (ligne Bram-Lavelanet), se transformera en un centre de séjour surveillé, placé sous la garde du lieutenant François-Paul Bonnet. Les travaux commencés en octobre 1939 seront terminés à la fin de l’année 1940 et le camp clôturé de plaques de ciment surmontées de barbelés accueillera 253 « indésirables ». Nom donné à des syndicalistes et communistes, parmi lesquels Roger Garaudy, lesquels seront transférés le 28 janvier 1941 vers Saint Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, avant un nouveau départ vers l’Afrique du Nord, en mars 1941. Le camp de Rivel accueillera ensuite des Allemands fuyant le régime nazi, et des juifs de toutes nationalités ayant cru trouver en France une terre d’asile. En août 1942, le jour de la « rafle du Vel d’hiv » , tous seront transférés à Bram, les uns étant ensuite dirigés vers Rivesaltes, les autres subissant la déportation vers Auschwitz, via le camp de Drancy.  

Cette cérémonie du souvenir se déroulera à partir de 10 h 50 au pied de la stèle bâtie en 1996 par les Limouxins Michel Salinas et Gaston Delpech. Jean-Pierre Salvat, maire de Rivel, accueillera les représentants des associations d’anciens combattants, leurs porte-drapeaux et les élus. L’assemblée se rendra ensuite au monument aux Morts de Rivel, avant un retour vers la table du restaurant du Moulin de l’évêque.

arac,ardiep,camp de rivel

Andrée Zdrojower et Serge Pagès, coordinateurs de cette cérémonie du souvenir.

07.06.2015

La mémoire des victimes du système vichyste a été honorée

camp de rivel,arac,ardiepLa stèle en souvenir des « indésirables » a été fleurie.

Pour le devoir de mémoire et par respect pour les victimes de tous les totalitarismes, une cérémonie se déroulait le samedi 30 mai au pied de la stèle érigée en 1996, à l’initiative de Michel Salinas (†) et Gaston Delpech, en souvenir des internés du camp de Rivel.

Construits à la hâte à partir de novembre 1938, date à laquelle furent institués les centres d’internement pour étrangers en France, les baraquements du Moulin de l’Evêque allaient accueillir ceux que Pierre Laval, chef du gouvernement de Philippe Pétain et ministre de l’intérieur, considérait comme des « indésirables ».

camp de rivel,arac,ardiep

Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques), et Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants), co-organisateurs de ce rassemblement annuel, ont présidé une cérémonie empreinte de simplicité. Un  émouvant retour vers le passé, également marqué par les interventions de Annie Bohic-Cortès conseillère départementale accompagnée de Francis Savy, et de Marie-Ange Larruy pour le parti communiste. Auparavant et au nom de l’Ardiep, Andrée Zdrojower avait excusé l’absence de nombreux et fidèles habitués.

camp de rivel,arac,ardiep

Après les sonneries, le salut des drapeaux et le dépôt de gerbes, la cérémonie s'est poursuivie au pied du monument aux Morts de Rivel. Jean-Pierre Salvat et Isabelle Boulbet ont uni leurs voix en langue occitane et en langue française, pour délivrer un message de fraternité, et conclure cette journée du souvenir.

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

camp de rivel,arac,ardiep

28.05.2015

A la mémoire des internés du camp de Rivel

ardiep,arac,camp de rivelUne cérémonie pour perpétuer le souvenir des « indésirables ».

Le rendez-vous annuel organisé à l’initiative de Serge Pagès pour l’Arac (association républicaine des anciens combattants) et Andrée Zdrojower pour l’Ardiep (association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques) aura lieu samedi 30 mai, sur le site de l’ancien camp de Rivel.

Situé à quatre kilomètres de Chalabre, au lieu-dit «la scierie de la Prade» (« le moulin de l’Evêque » est une appellation plus récente), l’endroit était jusqu'en 1939, la propriété de Guy Pierre, résidant à Toulouse. Le gouvernement français ayant alors ordonné aux préfets du sud de prévoir une arrivée massive de réfugiés, le terrain situé à 200 mètres de la gare de Rivel-Montbel (ligne Bram-Lavelanet), se transformera en un centre de séjour surveillé, placé sous la garde du lieutenant François-Paul Bonnet. Les travaux commencés en octobre 1939 seront terminés à la fin de l’année 1940 et le camp clôturé de plaques de ciment surmontées de barbelés accueillera 253 « indésirables ». Nom donné à des syndicalistes et communistes, parmi lesquels Roger Garaudy, lesquels seront transférés le 28 janvier 1941 vers Saint Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, avant un nouveau départ vers l’Afrique du Nord, en mars 1941. Le camp de Rivel accueillera ensuite des Allemands fuyant le régime nazi, et des juifs de toutes nationalités ayant cru trouver en France une terre d’asile. En août 1942, le jour de la « rafle du Vèl d’hiv », tous seront transférés à Bram, les uns étant ensuite dirigés vers Rivesaltes, les autres subissant la déportation vers Auschwitz, via le camp de Drancy.

Cette cérémonie du souvenir se déroulera à partir de 10h 45 au pied de la stèle bâtie en 1996 par les Limouxins Michel Salinas et Gaston Delpech. Jean-Pierre Salvat, maire de Rivel, accueillera les représentants des associations d’anciens combattants et leurs porte-drapeaux, les élus, ainsi que les élèves du collège Antoine-Pons de Chalabre. L’assemblée se rendra ensuite au monument aux Morts de Rivel, avant un retour vers la table du restaurant du Moulin de l’évêque.

06:00 Publié dans Cérémonies | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ardiep, arac, camp de rivel |  Facebook | | |

24.05.2015

Pierre-Louis Fabre, victime des nazis, a désormais sa rue

L’article publié aujourd’hui, avait paru le lundi 23 mai 2005, dans le journal l’Indépendant. Il rendait compte d’une cérémonie à la mémoire d’un jeune Chalabrois, tombé sous les balles de l’occupant, le 27 juillet 1944. Deux mois auparavant, Auguste Cathala, dont le souvenir sera célébré aujourd'hui dimanche 24 mai à 11 h à Montjardin, avait également été assassiné par les hordes nazies.

pierre-louis fabre,arac,rhin et danube chalabreUne plaque commémorative rappelle la tragique journée du 27 juillet 1944 (Photo archives, 8 mai 2005).

La capitulation des armées du IIIe Reich, commémorée le dimanche 8 mai dernier, a connu un émouvant prolongement avec l’inauguration de l’allée Pierre-Louis Fabre, en mémoire d’un jeune Chalabrois victime des balles allemandes. Une initiative à mettre à l’actif de l’Association Républicaine des Anciens Combattants (Arac), représentée par MM. Louis Calvet et Pierre Puech, et financée par la section Rhin-et-Danube de Chalabre. L’occasion pour Maurice Rouzaud de retracer dans le détail et avec émotion cette tragique journée.

En ce jeudi 27 juillet 1944, un important détachement de l’armée d’occupation allemande investit de grand matin, la petite ville de Chalabre. Prévenus très tôt, beaucoup d’hommes jeunes ou plus âgés, tentèrent de fuir afin d’échapper à une rafle ou à d’autres mesures de représailles.

Installés en divers points stratégiques autour de Chalabre, les ennemis ouvrirent le feu au fusil mitrailleur, sur les hommes qu’ils apercevaient dans les champs. Plusieurs otages furent arrêtés et emmenés à Foix pour y être interrogés. Ils devaient être relâchés quelques jours plus tard. Mais à Chalabre, l’un des hommes fut mortellement atteint sur les flancs de la colline de Terre-Blanche. Il avait tenté de s’échapper depuis sa maison située à la sortie de la ville, rue du Capitaine-Danjou. Il avait franchi le Blau pour monter vers la colline. Il s’appelait Pierre-Louis Fabre, au village on l’appelait Pierrot Fabre.

pierre-louis fabre,arac,rhin et danube chalabreSon père était décédé deux ans auparavant. Sa mère n’avait plus que lui. Il avait seize ans. Pour ses camarades plus chétifs, c’était un grand. C’était un bon copain, un musicien plein de vie, un peu bagarreur comme les enfants l’étaient tous à cet âge. « Il était notre ami. A 14 ans, 15 ans, 16 ans, on sort de l’enfance, on est adolescent. A cet âge-là, on ne pense pas à la mort, et c’est bien normal : on a toute la vie devant soi, on aime la vie. Cette vie, Pierrot l’a brutalement perdue en ce 27 juillet 1944, victime de la soldatesque fasciste hitlérienne. Je n’oublierai jamais ce triste cortège qui passa à un mètre de moi sur le pont du Blau en fin d’après-midi : quatre hommes de Chalabre, ramenant le corps de Pierrot à sa pauvre maman » rappelait Maurice Rouzaud.

Il concluait en remerciant vivement les membres de l’association Rhin et Danube, l’Arac, les élus, d’avoir eu la délicatesse de placer cette plaque, qui rappellera à tous les Chalabrois et surtout aux jeunes, le souvenir de Pierre-Louis Fabre, « notre ami, enfant de Chalabre, enfant mort à 16 ans ».

pierre-louis fabre,arac,rhin et danube chalabre

Pierrot Cantié, Pierrot Fabre, Emile Pousse, en mai 1944 sur le pont du Blau.