03.02.2018

Eclairages sur le compteur Linky

Linky 19 janvier 2018 002.JPGMaud Bigand s’est montrée très critique à l’endroit des objets connectés.

Une soirée débat était proposée vendredi 19 janvier au théâtre Georges-Méliès, destinée à aborder les problématiques liées au nouveau compteur communiquant. Son installation assurée par Enedis via la société appaméenne Centenero, bat son plein depuis plusieurs semaines en pays chalabrais. L’assemblée venue à la rencontre de Maud Bigand (photo), membre du collectif « Touche pas à mon compteur 09 », n’a pas manqué de poser les questions générées par ce petit boîtier vert pomme.

Linky 19 janvier 2018 001.JPGEst-il possible de le refuser, pourquoi le refuser, comment le refuser ? Autant de points d’interrogations qui auront peut être été levés à l’issue d’un débat d’autant plus animé que des cas d’incidents (au moins quatre), intervenus sur le territoire du Kercorb, ont été signalés. A travers divers documents, témoignages et éléments techniques, Maud Bigand a brossé un portrait de ces « compteurs intelligents ou connectés ». Intrusion dans la vie privée, danger des ondes, hausse des tarifs, autant d’arguments que conteste la firme Enedis, et qui ont été évoqués en présence d’une trentaine de personnes ayant répondu à l'initiative de l’association LICTP.

02.02.2018

Les Hauts-de-Bon-Accueil se mobilisent contre la déshumanisation des Ehpad

ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018Le mouvement a rassemblé personnels, familles et élus, afin de réclamer plus de moyens.

Dans un contexte national et à l’appel des collectifs CGT et FO de l’établissement chalabrois, la journée d’action programmée en ce dernier mardi de janvier, a permis à l’ensemble des personnels de dénoncer la dégradation sans précédent de leurs conditions de travail. A leurs côtés, familles et résidents avaient tenu à partager l’inquiétude de professions à la peine dans leur rôle d’accompagnement, de services et de soins envers les personnes âgées.

Par la voix de leur porte-parole, les syndicats ont souhaité dire « Stop aux restrictions budgétaires, aux restrictions de personnel, au travail géré par la montre, au travail à la chaîne. Infirmiers, aides-soignants, sont au bout du rouleau ». Avec une demande formulée en direction du gouvernement, « pour des effectifs supplémentaires et des moyens financiers nécessaires à la prise en charge des résidents dans des conditions acceptables, pour en finir avec les politiques d’austérité ».

Après les prises de parole de Sylvie Soinnard, directrice de l’établissement et Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre, Gérard Couteau se faisait l’interprète des familles des résidents, pour adresser un émouvant témoignage de soutien à l’adresse des agents qui partagent le quotidien de nos aînés (Photo ci-dessous).

ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

Quant un histogramme résume le bilan des politiques d’austérité successives

(AS aide-soignant, ASH agent service hospitalier)

ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

Communiqué du syndicat FO : « A l’initiative de la fédération FO-Santé, rejointe par six organisations syndicales, le 30 janvier est un jour rouge pour les Ehpad. A Chalabre, FO qui relayait sur le plan local le mouvement national du 9 novembre dernier, a été rejointe par la CGT. Nous demandons au gouvernement des effectifs supplémentaires et les moyens financiers nécessaires à la prise en charge dans des conditions acceptables des personnes âgées accueillies et soignées. L’ampleur du mouvement témoigne de la dégradation sans précédent du secteur. En effet, le mouvement est soutenu entre autre par l’association des Directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et par les organisations de retraités dont l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO). A Chalabre, la direction a été entendue dans le cadre de l’audit flash commandé en août 2017 par le gouvernement auprès de Monique Iborra, députée de la Haute-Garonne. Cette dernière rapportait sur le plan national « une maltraitance institutionnelle » et « des sous effectifs en personnel unanimement reconnus ». Notre ministre de la santé Agnès Buzyn nous parle de 50 millions d’euros de plus, ce n’est même pas la somme qui correspond à l’inflation, et ce n’est qu’une provocation face aux soignants et aux résidents des Ehpad. 50 millions d’euros correspond seulement à 1300 postes. Le Plan Solidarité Grand Age 2007-2012 prévoyait un ratio de 1 pour 1, selon l’Audit National de KPMGO il y a en moyenne 4 à 5 agents pour 10 résidents, administratifs compris, alors que le niveau de dépendance augmente…On est très loin de combler les besoins. Infirmiers, aides-soignants, médecins sont au bout du rouleau, ce secteur professionnel compte actuellement le taux de suicide parmi les plus élevés en France, il faut que ça s’arrête, et vite ! Les familles et la population dans son ensemble nous soutiennent, le gouvernement ne peut plus fermer les yeux ».