08.06.2018

A propos de la Maison de santé

Ci-dessous, le lien vers un article du journaliste Bruno Coince, publié hier jeudi 7 juin 2018 dans l'Indépendant et La Dépêche :

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/07/2812601-f-savy-projet-maison-sante-est-abandonne.html

maison de santé pluridisciplinaire du kercorb

23.05.2018

Maison de Santé : Réunion publique

Après la création d’un comité de soutien en faveur du projet de Maison de santé pluridisciplinaire en Kercorb, les citoyens sont invités à participer à la rencontre programmée mercredi 23 mai à 18 h, salle de la place Charles Amouroux. Un rendez-vous auquel prendront part les maires des villages de l'ancien canton de Chalabre.

21.05.2018

Maison de santé du Kercorb : La nouvelle Arlésienne

Jean-Jacques Aulombard, maire de Chalabre et vice-président de la CCPA, communique :

« Le 15 Mai 2018, les élus du Limouxin et de la Haute-Vallée de l’Aude ont défendu leur bilan en matière d’accès aux soins (voir Indépendant mardi 15 mai), et les citoyens du Kercorb peuvent désormais dormir sur leurs deux oreilles.

Francis Savy, Président de la Communauté de communes des Pyrénées Audoises, met l’accent sur les projets professionnels dans lesquels les gens ont su se fédérer. Mais Monsieur Savy, comment pouvez-vous être satisfait de votre bilan, alors même que le projet de la Maison de santé du Kercorb, labellisé depuis 2012, grâce notamment à la forte mobilisation des professionnels de santé, est toujours au point mort.

Ce projet était un des premiers dossiers de l’Aude : vous portez la responsabilité de son blocage depuis 2014, et il me semble que le Président d’une communauté de communes doit être le Président de tout le territoire. Depuis quatre ans, vous avez tout simplement ignoré la problématique de l’accès aux soins sur notre territoire du Kercorb.

De grâce, Monsieur Le Président, réfrénez donc votre enthousiasme quelque peu déplacé, et un minimum de décence vis-à-vis des citoyens qui ne sont pas dupes de la gestion calamiteuse du dossier de la Maison de santé du Kercorb ».

18.05.2018

La santé pour tous… sauf pour les citoyens du Kercorb

Sous ce titre, le Comité de soutien pour la maison de santé du Kercorb communique :

« Un comité de soutien se constitue aujourd’hui sur le Kercorb, pour la défense de la Maison de santé sur ce territoire. Pour lutter contre la désertification médicale et inciter l’installation de médecins, le gouvernement a fait de la construction de ces maisons de santé une priorité, et les communautés de communes ont désormais la compétence en ce domaine.

La maison de santé a été labellisée en 2012, sur la commune de Chalabre et la Communauté de communes des Pyrénées audoises (CCPA) a repris ce dossier en 2014, lors de son installation. Depuis cette date, le dossier n’a pas avancé d’un pouce. Des excuses diverses et sans fondements sont mises sans cesse en avant pour retarder indéfiniment cette réalisation. Pourtant la municipalité de Chalabre a cédé pour l’euro symbolique, le terrain choisi par les professionnels de santé… elle a pris à son compte les travaux de consolidation sur la maison attenante... bref… toujours rien.

Les professionnels de santé très motivés ont déjà participé à une réunion avec cette collectivité… et toujours rien. En fait on se moque des habitants du Kercorb : La responsabilité de cette collectivité est grande.

On aurait pu penser que la fusion des quatre anciennes communautés de communes allait dégager une économie de gestion aboutissant à une augmentation du budget d’investissement. On s’aperçoit en fait que cette collectivité est endettée, et incapable de répondre à l’attente des citoyens, sauf au passage à augmenter de 34% en quatre ans, les impôts des Pyrénées audoises dans les taxes foncières, d’habitation et d’enlèvement des ordures ménagères.

La construction de la maison de santé d’Espéraza a été pratiquement le seul investissement conséquent depuis quatre ans, et il faut rappeler qu’elle a été financée à hauteur de 70-80% par des subventions de l’Etat-Région-Département, le reste étant financé par les loyers des professionnels de santé… En fait, c’est un investissement qui ne coûte pratiquement rien à la CCPA.

Monsieur Le président, les citoyens du Kercorb, ne sont pas une population de seconde zone, et votre attitude ressemble à du mépris. Les habitants de ce territoire veulent être soignés dignement : la Maison de santé est indispensable pour accueillir de nouveaux professionnels de santé, et vous savez fort bien que les futurs médecins ne s’installeront que dans ces structures : il convient donc de construire en urgence cette maison de santé à Chalabre, actée depuis six ans.

La CCPA commet une faute lourde en laissant pourrir ce dossier depuis 2014. Les citoyens du Kercorb sont aujourd’hui très en colère : Il est de votre devoir de construire cette maison de santé, et c’est un droit pour les citoyens de ce territoire ».

13.05.2018

Maison de Santé du Kercorb : Chronique d’un projet « malmené » !

La lettre ouverte des professionnels de santé du Kercorb.

« Une maison de santé, c’est deux projets en un : un projet professionnel et de santé établi par des professionnels de santé et un projet immobilier porté par une collectivité pour les accueillir.

Le premier, qui répond à un cahier des charges précis, défini par l’Etat et contrôlé par l’Agence Régionale de Santé est le déclencheur. Les objectifs essentiels d’une MSP résident dans la prise en charge des patients et l’exercice coordonné des professionnels. Il doit, au minimum, être porté par deux médecins généralistes et un(e) infirmier(ère) ou un(e) kinésithérapeute. Un avis favorable du Comité Régional de sélection des MSP qui regroupe l’ARS et les cofinanceurs publics conduit à la labellisation du projet.

Le second, porté par la collectivité qui en assure la maîtrise d’ouvrage, est basé sur un programme répondant aux besoins du projet des PS.

2012 : l’association des Professionnels de Soins du Kercorb est créée en janvier, elle dépose le dossier de présentation de la MSPKercorb qui est labellisé lors du comité de sélection d’octobre avec mention par l’ARS de la qualité du dossier. En moins d’une année ce premier volet est prêt ! Le projet intègre deux médecins généralistes, deux cabinets infirmiers, un kinésithérapeute et ponctuellement des spécialistes en consultation avancée ou des paramédicaux.

Depuis 2012, le volet immobilier progresse, stagne et régresse. Porté en 2012 et 2013 par la Communauté de Communes du Chalabrais il est transféré début 2014 à la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises. Lors du transfert, des financements sont déjà acquis ou en cours d’instruction (Conseil départemental, Région, Etat, Europe). Une partie d’un financement aurait même été versé à la CCPA. Pour quel usage?

Aujourd’hui aucun signe d’aboutissement en vue, la CCPA ne fait que mettre en avant des problèmes en particulier sur le site retenu et mis à disposition du projet pour 1€ par la municipalité de Chalabre. Pour mémoire le choix du site dans les murs de Chalabre résulte d’une analyse comparative de plusieurs sites, répond à l’analyse de la patientèle des PS, a été validé par la CCC, par l’ARS et l’Architecte des Bâtiments de France [ABF]. La municipalité lève tous les problèmes techniques mis en avant par la CCPA: démolition, mitoyenneté, interfaces avec l’ABF... Mais rien n’y fait.

Selon les derniers échos, la CCPA remet en question le projet des professionnels de santé au prétexte qu’un des médecins part à la retraite prochainement…. Et pour cause, depuis 2012 le temps a passé et continue de passer.

Que dire ? La CCPA n’est pas compétente pour remettre en cause un projet de santé labellisé. Que penser ? Une année pour labelliser un projet de santé et six années sans voir les murs sortir de terre…

Que croire ? Lors de la récente inauguration de la MSP d’Espéraza, projet engagé deux ans après celui de Chalabre, Monsieur Savy président de la CCPA a évoqué « la santé pour tous ». Et pour les habitants du Kercorb ? Qui décide ? Les MSP sont une priorité du gouvernement, de l’ARS, des régions et des conseils départementaux mais pas de la CCPA pour le Kercorb.

Malgré tout ce temps perdu, les membres de l’APSK restent engagés et travaillent à mettre à jour leur projet suite à une réunion avec l’ARS et la caisse primaire d’assurance maladie. Mais cet engagement ne suffit manifestement pas. Le Kercorb « Terre privilégiée » deviendra-t-il un territoire oublié aux confins de l’Aude et de l’Ariège ? ».

09.04.2018

Quand la clinique Christina invite aux voyages

Animations. Une journée placée sous le signe du bonheur.

christina,journée du bonheur 2018Le printemps a été accueilli avec bonheur et dans la bonne humeur.

Sur le thème du bonheur, ici et ailleurs, la clinique Christina proposait mardi 20 mars, une journée ouverte à toutes et à tous, dans le cadre de la Journée internationale du Bonheur. Invité d’honneur de ce rendez-vous festif, le printemps aura tout bonnement snobé son monde, une pluie soutenue obligeant à quelques modifications dans le programme des animations. Il était dit pourtant que le soleil serait bien présent, apporté par Yacob et Marie, venus présenter leur projet de tour du monde en vélo solaire (photo ci-dessous).

christina,journée du bonheur 2018

Sous la forme d’une exposition baptisée « Du soleil dans les roues », Yacob et Marie, infirmière dans l’établissement, ont pu expliquer les détails d’une extraordinaire aventure, dont les premiers tours de roues seront donnés en avril prochain. Autour d’un stand pris d’assaut, les élèves du collège Antoine-Pons, les résidents et le personnel de Christina ont découvert comment nos deux globe-trotters sont fins prêts pour un périple programmé sur quatre ans.

christina,journée du bonheur 2018

Auparavant, le nez rouge et les facéties clownesques de Fanny auront fait fuser les rires, avec la complicité d’un auditoire prêt à jouer le jeu et à se préserver de la grisaille du dehors. Une autre escale, musicale cette fois, avec les accords de guitare et la voix de Thomas, précédait une courte excursion aux fins de passer en revue les goûters du monde. Intermède qui permettra de se transporter aux quatre coins de la planète, via l’exposition photos de Jordane Gasc, membre du personnel administratif.

Compliments à l’équipe pluridisciplinaire de la clinique Christina (photo ci-dessous), qui s’est particulièrement investie pour la réussite d’une matinée riche en activités ludiques, musicales et gourmandes.

christina,journée du bonheur 2018

christina,journée du bonheur 2018

christina,journée du bonheur 2018

christina,journée du bonheur 2018

christina,journée du bonheur 2018

19.03.2018

Ehpad : mobilisation pour un accompagnement digne des aînés

Manifestation. Les familles et la population ont soutenu l'action du personnel.

ehpad hauts-de-bon-accueil,fhfL’insuffisance des ressources reste au cœur des revendications.

La mobilisation ne faiblit pas sur les Hauts-de-Bon-Accueil, où le personnel de l’Ehpad était réuni jeudi 15 mars, afin de prendre part à la journée de manifestation nationale. Nouvelle mobilisation après celle du 30 janvier dernier, pour dénoncer les conditions de travail devenues déplorables au fil des ans, mais également pour défendre les conditions de vie des résidents. Présents devant l’établissement, familles et citoyens chalabrois étaient venus soutenir celles et ceux qui au quotidien, sont en première ligne pour constater les ravages des coupes budgétaires imposées dans le cadre de la réforme de la tarification dépendance.

Egalement dénoncée par la Fédération Hospitalière de France (FHF), « cette réforme injuste et inéquitable, aggrave le malaise des directeurs et des personnels des Ehpad publics. Les organisations, déjà soumises à de fortes tensions depuis longtemps, craquent, expliquant la mobilisation dans les mouvements de grève des personnels du 30 janvier et 15 mars ».

Evoquant le travail des parlementaires, Sylvie Soinnard, directrice de l’Ehpad et du SSIAD de Chalabre, déléguée départementale du secteur médico social de la FHF, rappelle que « tous les rapports reconnaissent l’insuffisance des ressources et appellent non seulement à ne pas réduire les financements des Ehpad mais à les accroître, et refonder le modèle de financement des Ehpad et de la dépendance ».