09.06.2018

Classe 48,… 70 ans déjà !

Un enfant de la Classe 1948 communique :

« Il y a 70 ans naissaient des enfants. Ils sont pour la plupart nés à Chalabre ou dans ses environs. Un point commun, l’école et l’enfance. Il y a 20 ans déjà, ils se sont réunis autour d’un repas de quinquagénaires. Nous aimerions recommencer dans le même esprit. Nous aurons ainsi l’occasion de nous retrouver pour rappeler notre passé, notre jeune enfance et les temps forts de notre existence. Si vous le désirez et pour organiser ce rendez-vous, nous avons besoin de vos coordonnées. N’oubliez pas d’en parler autour de vous ».

Voici l’adresse pour communiquer :   annee1948chalabre@orange.fr

classe 1948 chalabre

Photo archives, Mai 1998

Le Cri du Vent se pose en défenseur du patrimoine naturel

cri du vent,jean baudeufDix ans d’action, et de l’énergie à revendre.

Le Cri du Vent tenait dernièrement son assemblée générale annuelle à Courtauly. Dans son rapport moral, le président Jean Baudeuf rappelait que « les associations sont le seul rempart contre la rapacité des promoteurs éoliens. Sans les actions solidaires et concertées du Cri du Vent et des associations de la proche Ariège, les quelques 80 éoliennes géantes envisagées depuis près de dix ans dans le Kercorb et le Pays-d'Olmes, auraient certainement vu le jour, et cette belle région serait aussi massacrée que la plaine de Lézignan, ou certains secteurs de la Montagne Noire ». Et de conclure : « En défendant nos paysages, ça n'est pas nos petits intérêts que nous défendons, c'est le bien commun, les paysages audois font partie du patrimoine collectif et ils méritent d’être défendus au même titre que le Canal du Midi, la Cité de Carcassonne ou les châteaux cathares, et nous sommes déterminés à continuer le combat ».

Notre-Dame accueille Le Chemin de Croix, oeuvre d’Henri Guérin

henri guérin,association pour la sauvegarde du calvaireDans le cadre de la journée Mix’Art, programmée samedi 9 juin, l’église Notre-Dame ouvrira ses portes afin de laisser admirer l’œuvre créée par l’artiste Henri Guérin (1929-2009). Entre ombres et lumières, le Chemin de croix, inspiré du texte « Le Chemin de la Croix » de Paul Claudel, est une suite de quatorze lavis d’encre imprimés sur bâches. Cette création avait accompagné l’oratorio du compositeur Marc Bleuze, le 2 avril 1999, à l’auditorium de Saint-Pierre-des-Cuisines (Toulouse).

Henri Guérin est surtout connu pour ses créations de vitraux en dalle de verre, mais son œuvre de peintre constitue une part importante de son activité créatrice. Ses gouaches et lavis à l’encre de Chine sont des compositions généralement abstraites, sortes de méditations auxquelles l’artiste se consacre le soir, après les journées de travail dans l’atelier de vitrail. L’écoute de la musique classique accompagne les créations, au gré de l’inspiration de l’artiste, et des émotions de l’instant présent.

L’œuvre présentée samedi en l’église Notre-Dame obéit à ce même principe. Henri Guérin a peint ces quatorze lavis d’une seule traite, sans schéma préalable, en une seule soirée, après avoir lu et médité le texte de Paul Claudel, et dans l’écoute du quatuor de Haydn (Les sept dernières paroles du Christ en croix), et d’une Passion de Bach. Comme le souligne Sophie Guérin Gasc, une de ses petites-filles, « La figuration reste symbolique, les attitudes construisent les scènes et permettent de les identifier ».

Dans le prolongement de cette présentation exceptionnelle, l’association pour la Sauvegarde du Calvaire, envisage la commande de reproductions en céramique, destinées à orner les quatorze stations promises à une rénovation prochaine.

08.06.2018

Carnet noir

suzanne deloustal

La cérémonie des obsèques religieuses de Madame Suzanne Deloustal née Bennes, décédée à l'âge de 86 ans, sera célébrée aujourd’hui vendredi 8 juin à 15 heures, en l'église de Lescale.

06:00 Publié dans Carnet noir | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suzanne deloustal |  Facebook | | |

A propos de la Maison de santé

Ci-dessous, le lien vers un article du journaliste Bruno Coince, publié hier jeudi 7 juin 2018 dans l'Indépendant et La Dépêche :

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/07/2812601-f-savy-projet-maison-sante-est-abandonne.html

maison de santé pluridisciplinaire du kercorb

C'était hier : Voilà 25 ans, le FCC décrochait deux titres de champion

En mai 1993, la formation des cadets du Football-Club Chalabrois décrochait le titre de championne de l'Aude, face aux Narbonnais de Narbonne Atax. L'article mis en ligne ci-après avait été écrit par M. Roger Dumay, président du FCC, et publié dans les colonnes du journal L'Indépendant en date du 19 mai 1993.

C'est fait ! Le FC Chalabre est enfin en haut de l'affiche. Nos cadets ont réalisé l'exploit : obtenir le titre de champion de l'Aude. Oh ! Cela n'a point été facile. Pour preuve, il a fallu d'abord décrocher la première place lors de la phase préliminaire. Ensuite, dans la deuxième phase, le même impératif était exigé, des six équipes restant en course, seule la meilleure avait droit au titre de champion.

Le calendrier nous réservait pour ultime prestation, l'affiche suivante : FC Chalabre contre Narbonne Atax. Certes, Chalabre avait un point d'avance... Mais en contrepartie, nous avions deux de nos meilleurs joueurs suspendus.

Aussi, les Narbonnais se ruèrent sur nos cages dès le coup d'envoi. Le premier quart d'heure fut pathétique. Chalabre souffrait, peinait et en deux ou trois occasions eut très chaud. Puis insensiblement, nos gars rentrèrent dans le match. Alors la partie s'équilibra. Mieux, à la 35e minute, suite à un coup-franc tiré par Nicolas Discala, Philippe Lara d'une tête magistrale lobait le goal adverse. 1 à 0 pour Chalabre aux citrons, Chalabre cherche le K.O et est tout prêt d'y parvenir quand Philippe Lara, encore lui, file au but. Le goal de Narbonne plonge et du pied parvient à détourner le ballon. Quelques minutes après, rush du n° 10 narbonnais qui trouve le moyen de marquer dans un trou de souris.

Aïe.... Il reste 20 minutes à jouer, la souffrance revient car les Septimaniens multiplient les assauts et notre défense plie mais ne rompt pas. Grâce à une énergie sans faille, nos jeunes vont arriver au terme de la rencontre en obtenant ce nul (1 à 1) salvateur. Bravo à notre phalange de footballeurs, tous courageux au possible. Le F.C Chalabre peut être fier de tels gamins !

fc chalabre

Champions les cadets ! De gauche à droite. Debout : Tony Colomer (coach) et son fils Thomas, Thierry Cnocquart, François Sanchez (gardien), Stéphane Rouzaud, David Lara, Sébastien Rodriguez, Nicolas Bonneil, Mike Can. Accroupis : Valentin Petrini, Frédéric Rivals, Nicolas Discala, Frédéric Canal, Mathieu Mouton-Brady, Philippe Lara. Absents sur la photo : Benjamin Horte, Fabrice Canal, Cédric Courdil, Francis Gracia, Stéphane Baby, Eric Serrano, Christophe Rivals, Alexandre Moréno.

Les réservistes du FCC sont champions de l'Aude de 3e division

L'article mis en ligne ci-après avait été publié dans l'édition de l'Indépendant du mercredi 9 juin 1993.

30 mai à 18 h, l'arbitre siffle la fin de la rencontre opposant Lézignan à Naurouze-Labastide et met ainsi un point final au championnat de 3e division, toutes poules confondues, à savoir Poule A (leader Chalabre), Poule B (leader Lézignan) et Poule C (leader Naurouze-Labastide). Au terme d'une finale triangulaire opposant ces trois leaders, les résultats sont les suivants : Chalabre- Naurouze-Labastide 1 à 1 (buteur, Frédéric Massat). Lézignan-Chalabre 1 à 4 (buteurs, Bernard Boulbès, José Martinez, Santiago Martinez, Michel Maugard). Naurouze-Labastide-Lézignan 2 à 2. Avec un match nul à domicile et une victoire en Corbières, le FCC remporte le titre de champion de l'Aude de 3e division au terme d'un parcours haletant dont le bilan est amplement positif : pour 18 rencontres, les joueurs de Jean-Philippe Discala enregistrent 14 victoires, 2 nuls, 2 défaites et ont inscrit 71 buts pour 15 encaissés. Par-delà ces résultats secs, un rapide retour en arrière s'impose.

Avril 92, le onze réserviste est à bout de souffle ; privé de trop de ses membres, il devra déclarer forfait général auprès du District de l'Aude. Une situation inédite dans l'histoire du club cher au président Roger Dumay, et une très grande désillusion pour Gérard Muelas, coach meurtri et usé par quatre années d'un bénévolat sans faille. Faute de combattants ...

Chalabre II va se trouver ainsi relégué en division inférieure pour la 2e année consécutive, avec un effectif réduit tel une peau de chagrin. Mais il est bien connu que le malheur des uns, fait souvent le bonheur des autres : Mai 92, tournoi annuel de football vétérans à Limoux, 3 mn de jeu et Jean-Philippe Discala plaque tournante de l'équipe fanion du FCC, est victime d'une double fracture tibia-péroné. Exit Jeannot, avec un plâtre embarrassant. A la faveur d'une longue convalescence, le stoppeur volant va gamberger souvent, pour finalement se lancer un nouveau défi : redonner une identité à cette équipe réserve qui n'en finit pas de s'éteindre.

30 mai 1993, la boucle est bouclée et de quelle manière ! Challenge réussi avec mention puisque l'objectif annoncé en début de saison était la montée en 2e division. L'appétit est venu en mangeant et c'est au bout du compte, un titre qui est venu récompenser l'optimisme et surtout le métier de Jean-Philippe Discala, à qui les dirigeants du F.C.C ont prêté leur concours et leur confiance.

Ils ont ramené le titre en Kercorb, chaleureuses félicitations aux éléments ayant oeuvré tout au long de la saison : Patrick Rouzaud, Louis Alcaïdé, Franck Sauvage, Jean Gomez, Jean-Philippe Discala, Frédéric Massat, Cétin Ylmaz, Messid Akraou, David Géa, Jérôme Delpech, Michel Maugard, Guy Dumay, Santiago Martinez, Raymond Dumay, José Martinez, Tony Colomer, Sébastien Ruiz, Fabrice Canal, Nicolas Discala, Alain Marzura, Bernard Boulbès, François Torres, Christophe Berkane, Christian Moralès.

Ceux qui sont champions te saluent, et te remercient Jeannot !

fc chalabre

De gauche à droite. Debout : Christophe Berkane, Bernard Boulbès, Franck Sauvage, Cétin Ylmaz, Jean-Philippe Discala, Christian Moralès. Accroupis : Santiago Martinez, Guy Dumay, Jérôme Delpech, Raymond Dumay, Jean Gomez, Louis Alcaïdé (photo archives, Mars 1993).

05:50 Publié dans C'était hier, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fc chalabre |  Facebook | | |

07.06.2018

Yvette Saurel n’est plus

yvette saurel née ricautMercredi 23 mai, un dernier hommage était rendu à Yvette Saurel née Ricaut, décédée à l’aube de ses 95 ans. Aînée d’une fratrie de cinq enfants, Yvette était née à Chalabre le 22 juin 1923, mais elle passera une partie de son enfance à Marseille, où son père travaille pour la compagnie générale transatlantique de navigation. Lorsque la guerre éclate, elle retrouve Chalabre, accompagnée de son frère et de ses sœurs. Ils sont accueillis au sein de la famille Laffont, leurs grands-parents, boulangers dont le commerce arborera plus tard, l’enseigne de la Maison Huillet.

A la fin du conflit, Yvette retrouve ses parents et vit son adolescence à Marseille, gardant le contact avec Chalabre à la faveur des vacances. Pendant lesquelles elle fait la connaissance de Sylvain Saurel, jeune Chalabrois de retour à la vie civile, après avoir combattu au Maquis de Picaussel, et avec la Première Armée Française. Ils officialisent leur union le 18 novembre 1949, et verront grandir à leurs côtés leurs deux enfants, Martine et Alain.

Dévouée à sa famille, avec beaucoup d’amour et de simplicité, elle prenait plaisir à recevoir ses petits-enfants. La disparition de Sylvain, puis son admission à l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil, affecteront fortement son existence, mais elle avait tenu à rester à Chalabre, son village, auquel elle était très attachée.

Au terme de la bénédiction célébrée en l’église Saint-Pierre, Yvette Saurel a été inhumée aux côtés de son époux Sylvain, décédé le 4 mai 2014. En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Alain et Martine ses enfants, à ses petits-enfants, Sandrine, Pascal, Priscilla, Clément et Nicolas, à ses arrière-petits-enfants Inès, Lucas, Luke et Fabien, à toutes les personnes que ce deuil afflige.