09.06.2018

Le Cri du Vent se pose en défenseur du patrimoine naturel

cri du vent,jean baudeufDix ans d’action, et de l’énergie à revendre.

Le Cri du Vent tenait dernièrement son assemblée générale annuelle à Courtauly. Dans son rapport moral, le président Jean Baudeuf rappelait que « les associations sont le seul rempart contre la rapacité des promoteurs éoliens. Sans les actions solidaires et concertées du Cri du Vent et des associations de la proche Ariège, les quelques 80 éoliennes géantes envisagées depuis près de dix ans dans le Kercorb et le Pays-d'Olmes, auraient certainement vu le jour, et cette belle région serait aussi massacrée que la plaine de Lézignan, ou certains secteurs de la Montagne Noire ». Et de conclure : « En défendant nos paysages, ça n'est pas nos petits intérêts que nous défendons, c'est le bien commun, les paysages audois font partie du patrimoine collectif et ils méritent d’être défendus au même titre que le Canal du Midi, la Cité de Carcassonne ou les châteaux cathares, et nous sommes déterminés à continuer le combat ».

21.05.2018

Les déchets au menu de l’Université populaire du Kercorb

Le prochain rendez-vous proposé par l’UPEK, vendredi 25 mai à 20 h 30 à la Maison du Lac de Montbel (Ariège), permettra d’évoquer le thème de « Nos chères (très chères) poubelles ». La conférence sera animée par Simone Verdier, maire de Manses, commune qui reçoit l’ensemble des ordures ménagères de toute l’Ariège (sauf le Couserans), depuis vingt ans. Exposé et réflexion sur le contenu de notre poubelle, ce qui ne devrait pas y être, où vont nos poubelles ? Pourquoi est-ce toujours l’usager et les collectivités qui doivent payer les conséquences de notre société de consommation ? Entrée gratuite pour les adhérents, participation libre pour les non adhérents.

05:55 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : upek |  Facebook | | |

29.04.2018

Marie et Yacob ont pris la route

Nos deux globe-trotters sont partis pour un voyage autour du monde en vélo solaire.

Marie et Yacob 18 avril 2018 002.JPGLe soleil n’a pas manqué l’embarquement au départ de Rouvenac.

Mercredi 18 avril, la petite place de Rouvenac libérait un couple de jeunes cyclistes, engagés dans une aventure extraordinaire, qui devrait durer près de vingt-quatre mois. Au terme d’une préparation des plus méticuleuses dans leur garage du cours Colbert, Yacob et Marie ont pris congé de leurs nombreuses amitiés. Objectif désormais, parcourir le globe avec en tout et pour tout, deux sources d’énergie, « le soleil et l’humain ». Deux petites remorques surmontées de panneaux solaires souples, et tractées par nos deux aventuriers, contiennent l’essentiel du matériel qui doit assurer leur complète autonomie.

Exact au rendez-vous, l’astre solaire étincelait dans les eaux du ruisseau d’Aïgos Juntos, quand Yacob, Marie, et leurs montures électriques ont mis le cap sur Revel, via La Serpent et Bouriège. Premiers tours de roues qui en appelleront beaucoup d’autres, donnés sur un itinéraire passant pour première partie par Italie, Slovénie, Croatie, Montenegro, Albanie, Grèce, et Turquie, où ils pensent arriver en décembre. Confrontés aux premières contraintes de l’hiver (baisse de l’ensoleillement et basses températures), les haltes seront mises à profit afin d’aller à la rencontre des populations et découvrir des modes de vie différents.

S’ils savent qu’un projet d’une telle envergure les amènera à repousser leurs limites, ils souhaitent avant tout « faire de ce voyage, une promotion des moyens de locomotion propres, des énergies renouvelables, en réussissant le pari de faire le tour du monde à vélo solaire ». Sachant que le soleil ne sera pas le seul moteur pour Yacob et Marie, appelés à expérimenter la vie mobile et nomade : « Nous partageons une vision solidaire et nous voulons nous intégrer au sein des populations : vivre avec l’autre, le comprendre, le respecter et partager ».

Pour suivre Marie et Yacob, pour plus d’informations sur leur projet, consulter le site https://dusoleildanslesroues.com/blog/

Les abeilles sont en danger

benoît lestienneLeur fonction pollinisatrice est capitale.

Benoit Lestienne est apiculteur et se propose d‘enlever gratuitement tout essaim d'abeilles qui aurait élu domicile près de chez vous, afin de lui donner une chance de survivre. « Par une journée chaude un essaim partira, c'est là sa façon de se multiplier. Un essaim autour d'une branche ne restera pas s’il n'est pas protégé, il faudra donc faire vite ou le suivre ».

Comme le rappelle Benoit Lestienne, les abeilles domestiques - Apis mellifera en Europe - vivent dans des ruches. Une ruche peut contenir jusqu’à 40 000 abeilles l’été, et descendre en dessous de 20 000 en hiver. La longévité de ces petites travailleuses varie aussi en fonction de la saison : elles peuvent vivre jusqu’à quatre mois l’hiver, alors que l’été, étant très occupées à butiner, mais également plus exposées au stress, elles s’usent plus vite et ne vivent que trente à quarante jours. En hiver, les abeilles adoptent la technique des pingouins et s’entassent en grappes pour garder la chaleur à l’intérieur du groupe.

« Depuis quelques années, la population d'abeilles est en très forte diminution, avec une disparition totale sur certaines zones. Ce phénomène porte le nom de Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles. Subitement, les ruches se vident de leurs abeilles sans que l’on ne retrouve aucun cadavre à proximité. Ce syndrome est très préoccupant en raison de l'importance écologique de l'abeille en tant que pollinisatrice ».

Benoit Lestienne est joignable au 0033 777 033 864 (il est préférable d'envoyer l'adresse par SMS, les messages sur répondeur sont à éviter si possible)​. 

05:45 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : benoît lestienne |  Facebook | | |

23.02.2018

Caudeval : La rivière Ambronne a refait son lit

L'Ambronne aval février 2018.JPGResponsables et élus sur un passage à gué entre Caudeval et Moulin-Neuf.

Elle prend sa source entre le Pech de Gendarme et le col del Tuquet (Saint-Benoît), la rivière qui a donné son nom au val de l’Ambronne, vient de faire l’objet de travaux initiés par le SBGH (Syndicat du bassin du Grand Hers). Réalisés dans le cadre du plan de gestion des cours d’eau 2016-2020, ces travaux, déclarés d’intérêt général, ont permis le désencombrement du lit (retrait des chablis et des encombres), un abattage préventif et des coupes de la végétation poussant dans le lit mineur de son cours. Par l’intermédiaire de la société SATF (Pamiers), la végétation poussant dans les courbes internes des méandres a été coupée, afin notamment de limiter l’érosion des berges opposées.

La réception des travaux s’est tenue jeudi 15 février, en présence de Jean Cazanave, président du SBGH, Christophe Drelon technicien rivière, Evelyne Garros présidente de la commission Hers-Ambronne, Michel Boudlet pour la mairie de Caudeval et Bernard Carbonneau pour la mairie de Moulin-Neuf. Comme le précisait Christophe Drelon, « L’Ambronne a un fonctionnement de type méditerranéen, il connaît un assec important une grande partie de l’année. De ce fait, la végétation se développe dans le chenal d’écoulement. Les travaux ont été réalisés sur 9 km de l’Ambronne en son aval (rivière qui en compte 18 au total), depuis le pont de Peyrefitte-sur-l’Hers jusqu’à sa confluence avec l’Hers, à Moulin-Neuf ».

L’opération (22.300 € HT) a été financée par l’Agence de l’eau Adour Garonne (60 %), le conseil départemental de l’Aude (18 %), le conseil départemental de l’Ariège (1,5 %, les travaux se situant principalement dans l’Aude) et le SBGH (20,5 %).

Au final, un nouveau chantier mené à terme par le Syndicat du bassin du Grand Hers, en charge de l’entretien de 900 kilomètres de ruisseaux et rivières, répartis sur une superficie de 1 380 km² (de Cintegabelle à Comus et de Dun à Fanjeaux).

09.02.2018

Les collégiens multiplient les gestes en faveur de l’environnement

Recyclage Collège Antoine-Pons 001.jpgLes corbeilles ont été installées en plusieurs points du collège.

L’initiative entre dans le cadre des bonnes résolutions prises en début d’année, les élèves de 6e du collège Antoine-Pons ont fédéré leur énergie au service du recyclage du papier. Dans le cadre des cours d'EMC (éducation morale et civique), les collégiens ont d’abord élaboré des affiches explicatives à destination de leurs camarades de classe. Des corbeilles en 17 points de l'établissement     Et grâce à une organisation spécifique, la collecte du papier, des cartouches d'encre et des ampoules, s’est mise en place avec beaucoup d’efficacité. Des corbeilles ont été installées dans dix-sept points de l’établissement, l’étape suivante étant l'acheminement du papier à destination d’un point de collecte. Une opération planifiée en interne, en partenariat avec la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises ainsi que la mairie de Chalabre.

Recyclage Collège Antoine-Pons 004.jpg

Les vieux manuels deviennent des cahiers pour l'l'Unicef     Une autre action, désignée Ecogestes collège et menée avec le concours de deux services civiques, est une opération nationale, orchestrée par les éditions Belin et la société Veolia. Les manuels scolaires obsolètes du collège ont ainsi été récupérés, puis transformés en cahiers, et vendus au profit de l'Unicef. Une belle démarche qu’il faut saluer et encourager, grâce à des collégiens responsables et à l’équipe éducative.

Recyclage Collège Antoine-Pons 002.jpg

Recyclage Collège Antoine-Pons 003.jpg

Mise en place des affiches explicatives

26.11.2017

L'automne a encore quelques beaux jours devant lui

16 novembre 2017.jpg

20 novembre 2017 002.jpg

25 octobre 2017.jpg

05:50 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |