31.07.2017

C’était hier : Le Critérium cycliste du Cazal a consacré de jeunes talents

L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 30 juillet 2002.

fêtes du cazal 2002Le vainqueur au micro de « RTL Chupito » (Photos archives, Juillet 2002).

Fort du succès obtenu lors de sa première édition en 1999, le Critérium cycliste du Cazal était, à nouveau, inclus dans le programme des festivités, grâce aux relations étroites que les Festejaïres locaux entretiennent avec le monde pédalier.

fêtes du cazal 2002

Au coup de pistolet, les vélos alignés sur la ligne de départ entamaient les hostilités, le peloton arrivait à hauteur de la Bâtisse parfaitement groupé. Jojo prenait les premières bonifications, tandis que Jean Horner gratifiait les nombreux spectateurs d’un répertoire emprunté à Yvette. Comme prévu, la côte du Pont-du-Blau fera très mal, et le Cours Sully verra apparaître un peloton en perdition totale.

fêtes du cazal 2002

Heureusement, la perception des musettes à la hauteur du café des Sports va souder la troupe qui se jette alors dans une bagarre réglée au sprint devant le France, avec de nouvelles « bonifs » pour Yvon de l’Ors cette fois. La descente vers le café de la Paix se fera en roue libre, les mains sur les cocottes de frein, nos cyclistes éprouvant le besoin impératif de souffler. Un calme trompeur car le sprint final surprendra les favoris, laissant bouche bée plus d’un spécialiste. Et c’est la Bohème, illustre inconnu superbement emmené sur la ligne par son gregario du team Magicrème, qui enlève l’édition 2002, sous les vivats de spectateurs médusés. Il devenait alors impératif de procéder à la collecte et à l’analyse des éprouvettes.

fêtes du cazal 2002

28.07.2017

C’était hier : Les as de la brouette s’affrontent sur la piste du Cazal

L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 30 juillet 1997. Il rendait compte de la toute première course internationale à la brouette du Cazal.

course à la brouette 1997Mais où vont-ils chercher tout ça ? (Photos archives, Juillet 1997)

Dimanche 20 juillet aux alentours de 18 h, pilotes et co-pilotes s’affairent autour de leur machine, il faut parer à l’ultime détail, le drapeau à damier est sur le point d’être abaissé. Requis pour les besoins de la cause, notre premier magistrat Jacques Montagné va très spontanément remplir le rôle délicat de starter, délivrant à l’heure prévue une douzaine d’équipages fermement disposés à inscrire leur nom au palmarès de cette première édition de la course internationale à la brouette du Cazal.

course à la brouette 1997

Malgré la chaleur accablante qui cerne le Kercorb, le public est là, venu de tous les horizons de la ville afin de voir ce spectacle qui en définitive va tenir ses promesses et au-delà même de tous les espoirs fondés par les organisateurs. Au terme de quatre tours rythmés par plusieurs arrêts aux stands afin que les concurrents puissent déguster les spécialités cazaliennes, les Villefortois Lydie Taupin et Jean-Luc Cathala dament le pion aux locaux et s’adjugent la victoire finale, devant le team des semi vétérans chalabrois, Michel Brembilla et Jean Martinez.

course à la brouette 1997

En marge de ces résultats, il faut saluer la performance de trois jeunes équipages volontaires et débordant d’imagination, qui ont présenté aux commissaires de course, de superbes prototypes. Gageons qu’à l’avenir, Manu, Dominique, Thierry, Stéphane, Bruno ou Joël inscriront leurs noms sur les tablettes. Félicitations à tous et à l’année prochaine, un nouveau parcours et une amélioration du règlement sont d’ores et déjà à l’étude.

course à la brouette 1997

course à la brouette 1997

course à la brouette 1997

17.07.2017

C’était hier : FCC : La cinquantaine heureuse

L’article mis en ligne aujourd’hui avait paru dans l’Indépendant, édition du dimanche 7 juillet 2002.

fc chalabre footballAuguste Giana, Hyppolite Sarraseca, René Alègre et Ginès Lorca, les anciens au rendez-vous des bons souvenirs (Photos archives Juin 2002 ).

Un demi-siècle de football en pays chalabrais était célébré samedi dernier dans la liesse et l’effervescence des grands jours. Sous un soleil d’abord radieux puis submergé par l’émotion, l’anniversaire du vieux club de football fondé en 1952 par Léon Dumay a favorisé de sympathiques retrouvailles, tout au long d’une journée placée sous le signe du sport et de l’amitié. Au rythme de rencontres organisées sur la pelouse du mythique stade Jean-de-Mauléon, les jeunes pousses de l’école de football ont eu le bonheur de côtoyer de nombreux anciens invités à revêtir les couleurs fétiches de feu l’USC XI. Le temps de quelques échanges balle au pied, pour refaire le chemin à l’envers, pour se convaincre que 1952 c’était hier, sous le regard de Francis Maigron, président du District de l’Aude de football.

fc chalabre footballAprès cet intermède sportif et inédit, la grande famille du football a inauguré une stèle du souvenir à la mémoire de Léon et Roger Dumay, figures de proue du football chalabrois. Sous un ciel ému aux larmes et en présence de MM. Lucien Clergue et Christian Guilhamat, Mme Janine Dumay devait dévoiler une superbe création de Sylvie Rivillon, sculpture qui perpétuera le souvenir de deux grands passionnés de ballon rond.

Les cours chalabrois, le théâtre municipal puis la place Charles Amouroux allaient tour à tour servir de cadre à une fête qui devait se poursuivre très tard dans la nuit, sous la protection d’un bienveillant ballon lunaire. André Deramond, Auguste Giana, René Alègre, Hyppolite Sarraseca, Floréal et Georges Vidal, Raphaël Arjona, José Silva, Jean Triguero, Henri Cazas, Jean Alabert, José Garcia, Henri Le Roy, les anciens étaient là avec leurs nombreux souvenirs.

Précurseurs en pays de rugby, ils auront aussi été les premiers à adresser de chaudes félicitations à la jeune équipe de bénévoles qui a permis à tous de goûter au bonheur unique des retrouvailles. Un grand coup de chapeau à « Papillon » et à son équipe, à Raymond Dumay, président du FC Chalabre, le vieux club est entre de bonnes mains, et il lui reste encore de belles pages à écrire.

fc chalabre football

En présence de Fabrice Canal, Michel Alegre et « Papillon », Serge Escande apporte une dernière touche à la pose de la stèle commémorative.

fc chalabre football

Eric Puerto, Philippe Lara et Antoine Salas ont assuré la bonne marche de l'événement.

fc chalabre football

Intervention de Christian Guilhamat, aux côtés de Janine et Raymond Dumay.

fc chalabre football

André Deramond, René Alègre, Hyppolite Sarraseca, Auguste Giana, Floréal et Georges Vidal, Raphaël Arjona, Jean Alabert, Ginès Lorca, les anciens sont là avec leurs nombreux souvenirs, accompagnés par Jean Martinez et Serge Fournié.

fc chalabre football

Marie-France, Olivier, Yvan et Henri, la Famille Cazas au service du maillot bleu et blanc chalabrois, dans le souvenir de Yves, « Le Père ».

fc chalabre football

La nouvelle génération du « Feuceuceu », prête à marcher sur les traces des Aînés.

fc chalabre football

Les champions de Promotion Honneur 1980-1981.

fc chalabre football

Jean Alabert et José Garcia, un défenseur et un buteur hors-pair.

fc chalabre football

Le Bastidien Raphaël Arjona a retrouvé une jeune supportrice.

08.07.2017

C’était hier : Collège Antoine-Pons : Bonne retraite Monsieur Carcy !

L’article mis en ligne aujourd’hui, avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 8 juillet 1997.

collège antoine-pons,hubert carcyUne nouvelle page s’est tournée vendredi au collège (Photo archives, juin 1997).

La belle insouciance qui vendredi dernier accompagnait vers la sortie les potaches du collège Antoine-Pons, présentait quelques réminiscences avec un certain départ en vacances du mois de juin de l’année 1964. Un jeune instituteur rendait alors la « liberté » à sa classe de CM2 et en terminait ainsi avec sa première année d’exercice en Kercorb.

Vendredi 27 juin, au travers des nombreux et sympathiques témoignages d’amitié qui lui étaient adressés, Hubert Carcy, principal du collège chalabrois aura certainement revécu comme si c’était hier, les épisodes d’une carrière à laquelle il fallait bien se résoudre à mettre un terme. En présence de l’équipe administrative et enseignante « renforcée » par d’anciens éléments ayant également fait les beaux jours du collège Antoine-Pons, Hubert Carcy a été accueilli sans problème au sein du cercle très prisé des retraités. Selon une tradition qui accorde au dernier en date le privilège de guider le « petit nouveau » sur la voie dorée de la tranquillité, et qui en cette occasion n’était autre que Thérèse Carcy, son épouse.

Lors de la kermesse du collège, les élèves avaient tenu à manifester leur gratitude en adressant à leur principal un au-revoir qui était allé droit au cœur de l’intéressé.

Vendredi, l’émotion était une nouvelle fois au rendez-vous, perceptible malgré les réparties teintées de cet humour dont Hubert Carcy a le secret. Dans une ambiance de gaieté et de nostalgie mêlées, une nouvelle page s’est tournée vendredi soir au collège Antoine-Pons.

« Je n’ai pas fait le collège, c’est lui qui m’a fait » devait notamment déclarer Hubert Carcy. Une remarque qui ne peut faire oublier tout le travail accompli avant que le collège Antoine-Pons ne parvienne à sa structure actuelle.

Nous adresserons nos sincères félicitations à Hubert Carcy, et lui souhaitons une heureuse et paisible retraite aux côtés de son épouse.

03.07.2017

C’était hier : Le concours de la Résistance très suivi au collège

L’article qui suit, rédigé par Marie-Louise Saddier, avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 3 juillet 1997.

concours national de la résistance et de la déportationDes lauréats heureux (Photo archives juillet 1997).

Fidèles à une tradition solidement ancrée dans leur établissement, les élèves de 3e du collège Antoine-Pons ont participé avec succès au concours national de la Résistance et de la Déportation. Ils étaient vingt de la classe de 3e en ce jour de mars où avait lieu le concours de la Résistance. Vingt qui depuis plus de deux mois avaient préparé ce travail sur la Mémoire avec leur professeur, Mme Hélène Cortès. Prenant le relais, Mme Françoise Maury accompagnée du colonel Marius Olive et de MM les résistants de Picaussel, René Subreville, Camille Boussioux, Georges Pendariès, et aidée par Mme Marie-Louise Saddier, relata les divers aspects du thème proposé : « Les femmes dans la Résistance ». En bref, tous et toutes très en forme ont défendu le sujet proposé avec toute leur bonne volonté et tout leur savoir. Cependant l’adage : « Beaucoup d’appelés, peu d’élus », s’avère toujours de rigueur, surtout quand la concurrence joue entre les élèves des lycées et collèges de l’Aude, participant ce même jour, au même concours. La lutte à l’arrivée se joue surtout au moment de la lecture des copies à Carcassonne, à l’inspection d’académie.

Le collège Antoine-Pons de Chalabre s’honore de quatre prix décernés à Marjorie, Marion, Carla et Laurent. Mais tous ayant travaillé avec autant de ferveur, il était normal, honnête et primordial de récompenser tout ce monde. Aussi, le dernier jeudi du mois de juin, en présence des autorités cantonales, des professeurs du collège, et de Mme Maryse Navarro, les élèves reçurent tous deux livres : Lucie Aubrac, et un petit opuscule dont le titre est un programme : « Se taire est impossible ». Le tout accompagné de la photocopie d’une lettre envoyée à toute la classe par le prix Nobel de la Paix Elie Wiesel, auquel le jour du concours, les jeunes avaient envoyé un petit mot d’espérance en l’avenir.

Ainsi Laura, Carla, Jonathan, Marie-Aude, Magali, Ingrid, Gladys, Emilie, Marion, Virginie, Marjorie, Marie-Christine, Céline, Jean-Baptiste, Nils, Lionel, Christophe, Randolf, Mickäel et Laurent ont eu une belle récompense, et sans doute n’oublieront-ils pas trop vite tous ces exemples qui leur ont été transmis.                        

01.07.2017

Un jour, une image

calvaire chalabre

Une vue de Chalabre, antérieure à l'année 1950. L'essor économique de la capitale du Kercorb n'a pas encore atteint son apogée, puisque l'industriel Antoine Canat n'a pas encore fait le choix de l'emplacement où il doit établir sa manufactures de chaussures. Le groupe scolaire n'est pas sorti de terre, non plus les acacias de l'avenue du Pont-Neuf, qui n'est pas encore la plaque tournante du courrier postal (Photo Collection Alain et Françoise Conquet).

calvaire chalabre

27.06.2017

C’était hier : Succès du gala du FEP

Cet article avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 29 juin 2007.

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenantDynamisme et talent ont inspiré les danseurs du FEP (Photos archives juin 2007).

A la veille d’une nouvelle fête de la musique, les élèves de l’école de danse du foyer d’éducation populaire sont remontés sur la scène du théâtre municipal à l’occasion du spectacle annuel clôturant leur saison. Petits et grands étaient au rendez-vous, pour deux heures de tempo non-stop offertes à un public ravi par les prestations des élèves de Sandrine Prenant, responsable de la section depuis de nombreuses années.

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant

La délicate mission d’entrer dans la danse revenait aux « hip-hop babies » du cours d’éveil, naturels et spontanés sur un parquet habitué aux prestations de qualité. Les chorégraphies allaient ainsi s’enchaîner au fil des générations, enfants, adolescents et adultes se relayant pour parvenir à un final avec le concours de tous.

Très remarquées également, les prestations en solo de Maïlys (jazz) et Yann (improvisation), et en résumé beaucoup de talents réunis sur une scène où modern’ jazz et hip hop auront donné un bel avant-goût de la fête de la musique. Le rideau s’abaissait sous des salves d’applaudissements, rendez-vous était pris pour septembre prochain.

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant

Les félicitations de Gisèle Courthez, animatrice du FEP, pour Sandrine Prenant. 

foyer d'éducation populaire chalabre,sandrine prenant