09.06.2018

Le Cri du Vent se pose en défenseur du patrimoine naturel

cri du vent,jean baudeufDix ans d’action, et de l’énergie à revendre.

Le Cri du Vent tenait dernièrement son assemblée générale annuelle à Courtauly. Dans son rapport moral, le président Jean Baudeuf rappelait que « les associations sont le seul rempart contre la rapacité des promoteurs éoliens. Sans les actions solidaires et concertées du Cri du Vent et des associations de la proche Ariège, les quelques 80 éoliennes géantes envisagées depuis près de dix ans dans le Kercorb et le Pays-d'Olmes, auraient certainement vu le jour, et cette belle région serait aussi massacrée que la plaine de Lézignan, ou certains secteurs de la Montagne Noire ». Et de conclure : « En défendant nos paysages, ça n'est pas nos petits intérêts que nous défendons, c'est le bien commun, les paysages audois font partie du patrimoine collectif et ils méritent d’être défendus au même titre que le Canal du Midi, la Cité de Carcassonne ou les châteaux cathares, et nous sommes déterminés à continuer le combat ».

Notre-Dame accueille Le Chemin de Croix, oeuvre d’Henri Guérin

henri guérin,association pour la sauvegarde du calvaireDans le cadre de la journée Mix’Art, programmée samedi 9 juin, l’église Notre-Dame ouvrira ses portes afin de laisser admirer l’œuvre créée par l’artiste Henri Guérin (1929-2009). Entre ombres et lumières, le Chemin de croix, inspiré du texte « Le Chemin de la Croix » de Paul Claudel, est une suite de quatorze lavis d’encre imprimés sur bâches. Cette création avait accompagné l’oratorio du compositeur Marc Bleuze, le 2 avril 1999, à l’auditorium de Saint-Pierre-des-Cuisines (Toulouse).

Henri Guérin est surtout connu pour ses créations de vitraux en dalle de verre, mais son œuvre de peintre constitue une part importante de son activité créatrice. Ses gouaches et lavis à l’encre de Chine sont des compositions généralement abstraites, sortes de méditations auxquelles l’artiste se consacre le soir, après les journées de travail dans l’atelier de vitrail. L’écoute de la musique classique accompagne les créations, au gré de l’inspiration de l’artiste, et des émotions de l’instant présent.

L’œuvre présentée samedi en l’église Notre-Dame obéit à ce même principe. Henri Guérin a peint ces quatorze lavis d’une seule traite, sans schéma préalable, en une seule soirée, après avoir lu et médité le texte de Paul Claudel, et dans l’écoute du quatuor de Haydn (Les sept dernières paroles du Christ en croix), et d’une Passion de Bach. Comme le souligne Sophie Guérin Gasc, une de ses petites-filles, « La figuration reste symbolique, les attitudes construisent les scènes et permettent de les identifier ».

Dans le prolongement de cette présentation exceptionnelle, l’association pour la Sauvegarde du Calvaire, envisage la commande de reproductions en céramique, destinées à orner les quatorze stations promises à une rénovation prochaine.

06.06.2018

Montjardin : En souvenir du sacrifice d‘Auguste Cathala

auguste cathala,montjardinJoseph Fernandez et Jean Tailhan ont fleuri la stèle à la mémoire de leur frère d’armes.

Dimanche 27 mai, l’évocation de la journée du 23 mai 1944 a permis de saluer la mémoire et le courage d’un martyr de la Résistance, assassiné par les nazis à la ferme du Roudié. Célébrée en présence de la grande famille d’Auguste Cathala, des associations d’anciens combattants du Limouxin, du Pays-de-Sault et du Chalabrais, de la gendarmerie, des sapeurs-pompiers, réunis au pied de la stèle érigée en 1947 à l’initiative des Anciens FTPF, la cérémonie a renvoyé l’assemblée vers les heures noires d’un pays en guerre.

Francis Routelous, maire, Serge Bacot pour l’Anacr et Gérard Couteau pour la Fnaca, sont revenus sur cette journée et l’interminable calvaire subi par un jeune homme de dix-neuf ans, seul face à ses bourreaux. Son sacrifice permettra aux éléments du maquis Faïta, de filer entre les griffes de la colonne nazie et des miliciens qui l’accompagnaient, au nombre de six. Au soir de ce 23 mai, un corps atrocement mutilé sera retrouvé dans les décombres de la ferme incendiée. Ses restes placés dans un cercueil, seront emmenés à la mairie de Montjardin. Le 25 mai 1944, Auguste Cathala est inhumé, et en dépit d’un retour possible de l’occupant, tous les habitants de la région sont présents à la cérémonie. Le lendemain, les maquisards qui lui doivent la vie, viendront déposer sur sa tombe, une gerbe avec un ruban tricolore.

74 années après, un dépôt de gerbe a été effectué par les vétérans Jean Tailhan alias Lapébie, et Joseph Fernandez alias Frédo, partisans du maquis FTP « Jean Robert et Faïta », puis par les jeunes soeurs d’Auguste, Marthe et Janine. Emouvante cérémonie rehaussée par la prestation de la chorale Eissalabra, dirigée par Edouard Garcia, dont les chants se sont élevés vers la ferme du Roudié.

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

auguste cathala,montjardin

04.06.2018

Villefort : A la découverte de la faune du Piémont pyrénéen

Le cinquième rendez-vous proposé par l’Université populaire en Kercorb (Upek), aura lieu le samedi 9 juin à 16 h, à la salle des fêtes de Villefort. Gérard Cézera animera une conférence sur le thème de la faune emblématique du Piémont pyrénéen.

Rivélois d’adoption, photographe de la nature et animalier autodidacte, Gérard Cézera expose depuis 2013 avec la galerie d’art animalier Empreinte, partout en France et principalement dans le grand sud. Il est aujourd’hui associé à la récente création de la galerie d’art Empreinte bis, à Mirepoix. Il a participé à l’iconographie du livre de Patrick Zabé, livre de référence sur le grand tétras.

Les Pyrénées sont un fabuleux réservoir d’espèces animalières. Du Piémont à la haute chaîne, le parcours naturaliste est riche de rencontres : ongulés de montagne, tétraonidés, rapaces,… « La photographie demeure un formidable moyen d’approche et de partage de nos observations. Les longues nuits et journées d’affûts inconfortables, la lourdeur du sac à dos et les jours sans, sont la face cachée des images colorées et attractives que nous découvrirons durant le diaporama ». Après la présentation photographique, un état des lieux et le devenir de cette faune seront abordés.

L’entrée est gratuite pour les adhérents, participation libre pour les non adhérents. A l’issue de la conférence un moment de convivialité sera proposé avec boissons offertes et petites choses à grignoter.

03.06.2018

Rivel : La mémoire des internés du camp de Rivel a été honorée

camp d'internement de rivelA l’image de Michel Tali, les fils et amis des « indésirables » ont perpétué le souvenir.

Jusqu’à l’été 1942, la terminologie « hébergement », scrupuleusement utilisée pour ce qui concernait ses camps d’étrangers, permettait au gouvernement de Vichy de laisser entendre à qui voulait encore y croire, qu’en France, la tradition d’hospitalité n’était pas morte. En réalité, ces nombreux centres de séjour surveillés, comme celui de Rivel, auront fourni dès l’invasion de la zone sud en 1942, la principale population des camps de la mort. Ceux que Pierre Laval ministre de l’Intérieur de Vichy qualifiait d’ « indésirables » auront ainsi connu l’exclusion, avant l’internement puis la déportation, grâce au zèle d’un gouvernement qui sera allé au devant du désir de l’occupant.

Républicains espagnols, réfugiés allemands, militants anarchistes et communistes, syndicalistes, patriotes, résistants et Juifs transiteront par Rivel et les nombreux camps du sud-ouest, victimes d’une politique « qui consiste à purger la France de ces éléments indésirables sans nationalité », selon les termes du ministre Laval.    

Samedi 26 mai, l’Association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques (Ardiep), l’Association républicaine des anciens combattants (Arac), l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (Anacr), l’Amicale des anciens guerilleros espagnols (Aagef-FFI), se sont retrouvées au pied de la stèle érigée près des derniers vestiges du camp, pour honorer la mémoire des victimes d'internement.

Un émouvant retour vers le passé, également marqué par les interventions de Marie-Ange Larruy pour le parti communiste, Michel Molhérat et Annie Bohic-Cortès, conseillers départementaux. Avant le dépôt de gerbes et les chants, chacun invitait à rester fidèle à la mémoire de toutes les victimes des heures noires vécues en ces lieux, et à lutter contre la dilapidation des acquis du programme du Conseil national de la Résistance.

La cérémonie s'est poursuivie au pied du monument aux Morts de Rivel, où les élus Jean-Pierre Salvat et Isabelle Boulbet, ont uni leurs voix en langue occitane et en langue française, pour délivrer un message de fraternité, conclusion de cette journée du souvenir.

camp d'internement de rivel

camp d'internement de rivel

Marie-Ange Larruy

camp d'internement de rivel

Serge Pages

camp d'internement de rivel

Michel Molhérat

camp d'internement de rivel

Annie Bohic-Cortès

camp d'internement de rivel

Michel Molhérat et Annie Bohic-Cortès

camp d'internement de rivel

camp d'internement de rivel

Jean-Pierre Salvat et Isabelle Boulbet

camp d'internement de rivel

02.06.2018

Les motards ont roulé pour les Restos

restos du coeur chalabreActivité intense au pied de la Croix des Missions.

Plus de 70 motards participaient samedi 26 mai, à une ronde au profit des Restos du coeur de l'Aude, balade empruntant les routes du Kercorb et de la Haute-Vallée de l’Aude. Parties de Limoux, les belles cylindrées ont fondu sur Chalabre après avoir franchi les cols de Lespinasse et de Saint-Benoît. Sous un soleil radieux, les bénévoles de l’antenne chalabroise rassemblés autour de Violette Moreno, ont offert le petit déjeuner à une troupe de cuir vêtue, invitée à faire une pause à l’entrée du Pont-neuf.

Fontaines à café et corbeilles de « choco » décrochaient un franc succès, avant que les pilotes ne remettent les gaz, non sans avoir remercié l’équipe du plus petit centre du département. Direction la forêt de Picaussel, le Pays-de-Sault et Quillan, où une nouvelle halte réparatrice était prévue, au centre sport nature de La Forge. Avant un retour final vers la cité blanquetière, via Bugarach. Une belle initiative pour laquelle le centre chalabrois tient à remercier l’ensemble des participants.

 

31.05.2018

Mix’Art au théâtre

Samedi 9 juin sur la scène du théâtre Georges Méliès (14 h à 22 h), l’association Diabasis organise une matinée soirée animations, avec danse, jam, slam, sketches, lecture, exposition d’artistes locaux, micro ouvert, scène ouverte, chansons, photo. « Chacun sera libre de s’exprimer, entrée libre, croquettes locales, lait de vache, et il sera expressément recommandé de ne pas miauler sur la voie publique ». Plus de renseignements au 06 64 11 03 06.

diabasis