08.09.2018

Antoine Gabriel n’est plus

Antoine GabrielUn dernier hommage était rendu dernièrement à Antoine Gabriel, résidant quartier de la Mécanique, enlevé à l’affection de ses proches à l’âge de 62 ans. Né le 24 septembre 1955 à Vallecas, district de Madrid, il s’était d’abord établi en région nîmoise avec sa famille, avant de rejoindre Chalabre en 1977, intégrant aux côtés de son père Edouard, les effectifs de l’usine de chaussures Canat. L’expérience acquise dans l’entreprise Jallatte à Saint-Hippolyte-du-Fort et Alès, lui permettra d’assumer la fonction de patronnier (chef d’équipe), jusqu’à la cessation d’activité intervenue à la fin des années 1980. En février 1988, Antoine Gabriel réussira sa reconversion au sein du collectif des Ambulances chalabroises, qu’il quittera à l’heure de la retraite en 2017.

D’un naturel très dévoué, il fut dans le même temps pensionnaire de la caserne Jean-Cabanier, pompier volontaire de 1980 à 1989, passionné par le secourisme, et garde-pêche, de 1981 à 1983. Libéré de ses obligations professionnelles, Antoine Gabriel avait choisi de vivre une retraite absolue, pour cultiver son jardin potager du Moulin.

En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à son fils Christophe, à Marion sa belle-fille, à son petit-fils Loïs, à ses frères Angel et Pedro, à Marie-Louise et Virginie ses sœurs, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

antoine gabriel

Avec ses amis soldats du feu de la caserne Jean-Cabanier.

De gauche à droite, debout : Jean Boulbès, Jean Rougé, Urbain Ilhat, Jean Lacko, Pascal Mellado, Vincent Mesado, Claude Fernandez. Accroupis : Patrice Rodriguez, Antoine Gabriel, Raymond Peille, Alain Cayrol, François Tur y Tur, Christian Clarac (photo archives, 1986).

06:00 Publié dans Carnet noir | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : antoine gabriel |  Facebook | | |

Commentaires

Repose en paix. Je n'oublierai jamais ta gentillesse et ton dévouement. Christophe

Écrit par : Gonzalez | 10.09.2018

Écrire un commentaire