31.08.2018

Geneviève Vidal n’est plus

geneviève vidalVendredi 17 août, un dernier adieu était adressé à Geneviève Vidal, enlevée à l’affection des siens à l’âge de 60 ans. Cette disparition brutale survenue à Perpignan, est venue ranimer le souvenir du garage de mécanique du pont du Blau, où Geneviève avait grandi, auprès de Roger et Renée, ses parents.

Née le 30 septembre 1957 à Lavelanet, Geneviève Vidal avait poursuivi sa scolarité au collège Antoine-Pons, puis au lycée de Mirepoix (Ariège), avec des vacances scolaires mises à profit pour aider à la bonne marche de la petite station-service familiale. Si elle adorait son village de Chalabre, elle n’en rêvait pas moins de découvrir le monde, et c’est ainsi qu’à l’âge de 17 ans, elle partira vers les Etats-Unis, où elle séjournera une année durant. Le retour au pays s’effectuera diplôme en poche, et elle poursuivra ses études à Perpignan.

En 1979, Geneviève Vidal part pour Manchester (Angleterre), où elle va enseigner l’espagnol, l’allemand et le français. Chalabre garde une place privilégiée dans son cœur, mais c’est Outre-Manche qu’elle fonde une famille, enrichie par les naissances de Céline et Robin. De Manchester à l’Ile de Man, il n’y a que la petite mer d’Irlande, que Geneviève franchira pour y poursuivre sa carrière d’enseignante, jusqu’à la retraite.

Finalement rattrapée par le mal du pays, Geneviève Vidal avait choisi depuis peu de résider à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), où elle goûtait à nouveau l’air du Sud, et le plaisir d’accueillir enfants, petits-enfants et amis. Chacun gardera le souvenir d’une belle personnalité à l’optimisme communicatif, animée par la joie de vivre.

En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Renée sa maman, Céline et Robin ses enfants, Noah et Annie ses petits-enfants, Philippe son compagnon, toutes les personnes que ce deuil afflige.

06:00 Publié dans Carnet noir | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : geneviève vidal |  Facebook | | |

Écrire un commentaire