02.08.2018

Rivel : Scandicus à la chapelle Sainte-Cécile

scandicus,musique en kercorb 2018Dans le cadre des rendez-vous de l’été, Musique en Kercorb et l'Association Rivel Patrimoine proposent une rencontre musicale avec l’ensemble Scandicus (Romances en exil), dimanche 5 août à 17 h, en la chapelle Ste Cécile à Rivel (Entrée 12 €, adhérent 8 €, gratuit pour les moins de 15 ans). Fondé en 2001 en Midi-Pyrénées, Scandicus s'inscrit dans une démarche de transmission des musiques anciennes. Du monochrome chant grégorien aux madrigalistes italiens, en passant par le gothique flamboyant des polyphonistes franco-flamands, un éventail de répertoires et de couleurs musicales à redécouvrir, jalonnent les sources musicales européennes.
 Le programme musical illustrant un voyage imaginaire intemporel, conduira de l’Espagne à l’Occitanie (Juan del Encina, Manuel Machado
, Johannes Ciconia, Nicolas Gombert, Juan Vasquez
, Christobal de Morales, chants séfarades traditionnels).

Le Romancero Espagnol est une forme poétique issue de la chanson de geste qui s’est développée du Moyen-Age jusqu’à la Renaissance. Cette période trouble de la « Reconquista » a conduit le peuple juif à l’exil dans tout le pourtour de la Méditerranée. La musique judéo-espagnole a été exposée aux nombreuses influences des pays traversés et des terres d’accueil.

Ces musiques où se combinent à la fois le Sacré et le Profane sont rythmées par quelques lectures de Romances. Accompagnées d’un oud, d’un santour et de percussions, les voix des chanteurs de l’Ensemble Scandicus illustrent cette rencontre culturelle d’une richesse inouïe.

La configuration vocale de l'ensemble, du contre-ténor à la basse, permet de donner un éclat particulier à ces répertoires spécifiques destinés à l'origine aux voix d'hommes (Jean-Louis Comoretto et Marc Pontus, contreténors, Olivier Boulicot et Léo Richomme, ténors et oud, Eric Beillevaire, basse, Pierre Blanchut, santour et percussions).
 Scandicus souhaite ainsi restituer le plus fidèlement possible les réalités sonores de ces œuvres oubliées, par un travail effectué à partir des sources originales, par une connaissance approfondie des styles de vocalités en vigueur au Moyen-Age et à la Renaissance, mais également par un ancrage scientifique nécessaire à la bonne interprétation de ces répertoires.

Écrire un commentaire