13.05.2018

Maison de Santé du Kercorb : Chronique d’un projet « malmené » !

La lettre ouverte des professionnels de santé du Kercorb.

« Une maison de santé, c’est deux projets en un : un projet professionnel et de santé établi par des professionnels de santé et un projet immobilier porté par une collectivité pour les accueillir.

Le premier, qui répond à un cahier des charges précis, défini par l’Etat et contrôlé par l’Agence Régionale de Santé est le déclencheur. Les objectifs essentiels d’une MSP résident dans la prise en charge des patients et l’exercice coordonné des professionnels. Il doit, au minimum, être porté par deux médecins généralistes et un(e) infirmier(ère) ou un(e) kinésithérapeute. Un avis favorable du Comité Régional de sélection des MSP qui regroupe l’ARS et les cofinanceurs publics conduit à la labellisation du projet.

Le second, porté par la collectivité qui en assure la maîtrise d’ouvrage, est basé sur un programme répondant aux besoins du projet des PS.

2012 : l’association des Professionnels de Soins du Kercorb est créée en janvier, elle dépose le dossier de présentation de la MSPKercorb qui est labellisé lors du comité de sélection d’octobre avec mention par l’ARS de la qualité du dossier. En moins d’une année ce premier volet est prêt ! Le projet intègre deux médecins généralistes, deux cabinets infirmiers, un kinésithérapeute et ponctuellement des spécialistes en consultation avancée ou des paramédicaux.

Depuis 2012, le volet immobilier progresse, stagne et régresse. Porté en 2012 et 2013 par la Communauté de Communes du Chalabrais il est transféré début 2014 à la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises. Lors du transfert, des financements sont déjà acquis ou en cours d’instruction (Conseil départemental, Région, Etat, Europe). Une partie d’un financement aurait même été versé à la CCPA. Pour quel usage?

Aujourd’hui aucun signe d’aboutissement en vue, la CCPA ne fait que mettre en avant des problèmes en particulier sur le site retenu et mis à disposition du projet pour 1€ par la municipalité de Chalabre. Pour mémoire le choix du site dans les murs de Chalabre résulte d’une analyse comparative de plusieurs sites, répond à l’analyse de la patientèle des PS, a été validé par la CCC, par l’ARS et l’Architecte des Bâtiments de France [ABF]. La municipalité lève tous les problèmes techniques mis en avant par la CCPA: démolition, mitoyenneté, interfaces avec l’ABF... Mais rien n’y fait.

Selon les derniers échos, la CCPA remet en question le projet des professionnels de santé au prétexte qu’un des médecins part à la retraite prochainement…. Et pour cause, depuis 2012 le temps a passé et continue de passer.

Que dire ? La CCPA n’est pas compétente pour remettre en cause un projet de santé labellisé. Que penser ? Une année pour labelliser un projet de santé et six années sans voir les murs sortir de terre…

Que croire ? Lors de la récente inauguration de la MSP d’Espéraza, projet engagé deux ans après celui de Chalabre, Monsieur Savy président de la CCPA a évoqué « la santé pour tous ». Et pour les habitants du Kercorb ? Qui décide ? Les MSP sont une priorité du gouvernement, de l’ARS, des régions et des conseils départementaux mais pas de la CCPA pour le Kercorb.

Malgré tout ce temps perdu, les membres de l’APSK restent engagés et travaillent à mettre à jour leur projet suite à une réunion avec l’ARS et la caisse primaire d’assurance maladie. Mais cet engagement ne suffit manifestement pas. Le Kercorb « Terre privilégiée » deviendra-t-il un territoire oublié aux confins de l’Aude et de l’Ariège ? ».

Commentaires

Bonjour,

C'est avec tristesse que je vois cette maison de santé restée un projet.
Sur Espéraza le site à permis de faire venir de nouveaux médecins (jeunes), un travail d'équipe entre en premier la Mairie et un gros travail de certains médecins pour ne pas partir en retraite et laisser la population sans soins.
Pour Chalabre je doute que la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises puisse avancer rapidement.
Peut être l'erreur c'est de ne pas avoir rejoint la Comcom du Limouxin, comme vient de faire Couiza.
Je vois que la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises a de grosses difficultés avec certains de ses élus et .... ce qui ne permet pas de travailler sereinement comme il faudrait que cela se passe.
En espérant que le coin de Chalabre aura rapidement ce service indispensable à la vie rurale.

Écrit par : huillet gilbert | 13.05.2018

Comment ne pas penser que les responsables de la CCPA n'ont aucune volonté pour favoriser le développement de notre territoire du Kercorb ! Pour Limoux, avions-nous le choix ?

Écrit par : Jacques MAMET | 14.05.2018

Chalabre fait- il partie de la haute vallée de l'Aude et des Pyrénées Audoises ?
Au lire de l'article paru dans l'Indépendant du mardi 15 mai j'en doute. Dans cet article les élus se félicitent de la politique de santé de la haute vallée, mentionnent le double projet de maison de santé de Belvèze et de Saint Hilaire en ignorant totalement le projet de MS de Chalabre datant de 2012. Un élu se doit de répondre aux besoins de tous les électeurs et de justifier ses choix. Quelles sont le raisons de ce mépris?

Écrit par : Michel Brembilla | 15.05.2018

En référence à l'article du 15 mai nous ne pouvons que nous poser des questions. Effectivement Chalabre semble ne pas préoccuper nos élus de la CCPA, puisque ce projet datant de 2012 pour la MS n'est même pas évoqué. Cet optimisme étalé nous paraît bien suspect ! Les élus du limouxin sont satisfaits et ils ont raison puisque ils ont obtenu et réalisé eux la création de diverses MS, et que les projets de Belveze et St Hilaire sont en bonne voie. On cite la Hte vallée de l'aude certes mais apparemment nous n'en faisons pas partie. "La santé pour tous"selon Mr Savy :une triste blague non?Est ce de la politique politicienne ? ? A notre détriment sans aucun doute ! Des élections se profilent à l'horizon et souhaitons que la majorité de la population impactée se rappellera de l 'intérêt que la CCPA dans son ensemble lui a accordé.

Écrit par : Regine et Jacques laffont | 16.05.2018

Écrire un commentaire