03.03.2018

Au pied de la croix de l’Esturgat

L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 3 mars 1998.

anne fabiéLe vent froid et glacial souffle sur les genêts et les genévriers (Photo archives Février 1998).

Hiver après hiver, là-haut sur la colline de l’Esturgat, le vent froid et glacial vient balayer genêts et genévriers que les premières neiges recouvrent. Et là, en surplomb des vallées du Blau et du Chalabreil, la ferme inhabitée de l’Esturgat garde le mystère d’une fin tragique dont le souvenir est perpétué par une croix érigée en bordure du sentier d’accès.

Ce monument battu par tous les vents, évoque la mémoire d’une jeune bergère assassinée au siècle dernier, et porte ces mots gravés dans la pierre : « A la mémoire de Anne Fabié assassinée le 7 mai 1854. Passant, priez pour elle ».

Un meurtre pour lequel le véritable coupable ne fut en réalité jamais inquiété. Rapidement soupçonné puis accusé, le fiancé de Anne Fabié sera reconnu coupable et envoyé au bagne de Cayenne, payant ainsi pour un forfait qu’il niera toujours.

Nombre d’années plus tard, l’abbé Casimir Blancard, premier curé de la paroisse de Montjardin, fut appelé au chevet d’un mourant. Peu avant d’administrer l’extrême-onction, l’ecclésiastique allait recueillir les confessions du véritable coupable. A Saint-Laurent-du-Maroni cependant, il était trop tard pour ce fils de Villefort qui, depuis, repose en paix en Guyane. Il y eut réhabilitation certes, mais elle fut posthume.

05:55 Publié dans C'était hier | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : anne fabié |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour Noëlle,
Merci pour ce lien vers un journal d'hier.

Écrit par : Ch. M | 05.03.2018

Je ne connaissais pas ce fait. Deux jeunes êtres à jamais séparés par un lâche. Comment peut on continuer à vivre toute une vie avec un tel poids sur la conscience et laisser périr à l'autre bout du monde un innocent ?

Écrit par : Cine | 06.03.2018

Inquiet pour le blog - si précieux lorsque l'on prend connaissance, par expl, de ces 2 derniers commentaires - En effet, en ouvrant la page en ligne de l'Indépendant, l'on constate que 3 rubriques :
- Les nouvelles les plus commentées.
- Les + envoyées.
- Les blogs de l'indépendant.
Depuis 2 jours, n'y figurent pas..
Peut-être une stratégie de la direction du quotidien pour limiter le nombre de lecteurs des blogs de village. Ce qui serait un moindre mal.
Christian rassure nous !

Écrit par : Marc | 08.03.2018

Les commentaires sont fermés.