13.11.2017

C’était un vendredi 13

t2l chimieLe stock de résines synthétiques est parti en fumée.

C’était en novembre 1987 et c’était un vendredi 13 à 13h, une épaisse colonne de fumée s’échappait du site industriel installé au pied de la colline du Calvaire. Malgré l’intervention immédiate des sapeurs-pompiers de la caserne Jean-Cabanier, le sinistre aussi soudain que dévastateur allait rayer du paysage en moins de quatre-vingt dix minutes, une unité de pointe implantée en Kercorb, dix ans auparavant. La nuit tombera sur une vision de ruines et de désolation, il ne reste alors plus rien de T2L Chimie.

Paul Diatchenko, Patrick Privat et Didier Arnou rassembleront leur énergie et l’entité au sigle mystérieux renaîtra de ses cendres un mois et demi plus tard, sur le site de la Plaine à Quillan. La suite est une autre histoire mais en ce vendredi 13 novembre 1987, le champignon noirâtre visible depuis les contreforts de la Montagne noire avait fait craindre une catastrophe écologique. Inquiétudes vite dissipées puisque le seuil de dilution des fumées toxiques ne fut ce jour là jamais critique. Seul en définitive, le poumon industriel du Kercorb allait souffrir des retombées de ce nuage chimique.

t2l chimie

t2l chimie

t2l chimie

t2l chimie

t2l chimie

05:55 Publié dans C'était hier | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : t2l chimie |  Facebook | | |

Commentaires

Je me souviens bien de ce sinistre qui obligera T2L chimie à partir sur Quillan.

Écrit par : Guilhematrobert | 14.11.2017

Écrire un commentaire