03.07.2017

C’était hier : Le concours de la Résistance très suivi au collège

L’article qui suit, rédigé par Marie-Louise Saddier, avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 3 juillet 1997.

concours national de la résistance et de la déportationDes lauréats heureux (Photo archives juillet 1997).

Fidèles à une tradition solidement ancrée dans leur établissement, les élèves de 3e du collège Antoine-Pons ont participé avec succès au concours national de la Résistance et de la Déportation. Ils étaient vingt de la classe de 3e en ce jour de mars où avait lieu le concours de la Résistance. Vingt qui depuis plus de deux mois avaient préparé ce travail sur la Mémoire avec leur professeur, Mme Hélène Cortès. Prenant le relais, Mme Françoise Maury accompagnée du colonel Marius Olive et de MM les résistants de Picaussel, René Subreville, Camille Boussioux, Georges Pendariès, et aidée par Mme Marie-Louise Saddier, relata les divers aspects du thème proposé : « Les femmes dans la Résistance ». En bref, tous et toutes très en forme ont défendu le sujet proposé avec toute leur bonne volonté et tout leur savoir. Cependant l’adage : « Beaucoup d’appelés, peu d’élus », s’avère toujours de rigueur, surtout quand la concurrence joue entre les élèves des lycées et collèges de l’Aude, participant ce même jour, au même concours. La lutte à l’arrivée se joue surtout au moment de la lecture des copies à Carcassonne, à l’inspection d’académie.

Le collège Antoine-Pons de Chalabre s’honore de quatre prix décernés à Marjorie, Marion, Carla et Laurent. Mais tous ayant travaillé avec autant de ferveur, il était normal, honnête et primordial de récompenser tout ce monde. Aussi, le dernier jeudi du mois de juin, en présence des autorités cantonales, des professeurs du collège, et de Mme Maryse Navarro, les élèves reçurent tous deux livres : Lucie Aubrac, et un petit opuscule dont le titre est un programme : « Se taire est impossible ». Le tout accompagné de la photocopie d’une lettre envoyée à toute la classe par le prix Nobel de la Paix Elie Wiesel, auquel le jour du concours, les jeunes avaient envoyé un petit mot d’espérance en l’avenir.

Ainsi Laura, Carla, Jonathan, Marie-Aude, Magali, Ingrid, Gladys, Emilie, Marion, Virginie, Marjorie, Marie-Christine, Céline, Jean-Baptiste, Nils, Lionel, Christophe, Randolf, Mickäel et Laurent ont eu une belle récompense, et sans doute n’oublieront-ils pas trop vite tous ces exemples qui leur ont été transmis.                        

Écrire un commentaire