07.04.2017

Andréa et André Naudy ont célébré leurs noces de diamant

Andréa et André Naudy.JPGC’était le 11 août de l’année 1956, deux jeunes résidents de la cité chalabroise apposaient leurs noms sur le registre de l’état-civil mis à disposition par François Tescou, maire-adjoint, suppléant pour l’occasion Maurice Samitier, maire empêché. L'abbé Raymond Fourtanier les invitait ensuite à franchir le seuil de la chapelle de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques où ils allaient sceller leur union. Année de leurs vingt ans, et journée inoubliable pour Andréa Abat, jeune fille de Sonnac-sur-l’Hers, et André Naudy, natif de Sainte Colombe-sur-l’Hers.

La cérémonie célébrée sous un soleil de plomb, augurait d’un bail de soixante années d’amour et de vie commune, durant lesquelles ils auront le bonheur de voir grandir auprès d’eux, Jean-Claude, leur fils, puis d’accueillir Marie, maman de Charlotte et Audrey, leurs petites filles.        

Soucieuse cette fois d’échapper aux aléas de la canicule, la belle petite famille était réunie tout dernièrement dans les salons de l'hôtel de France. Là même où Guilhem Barthélémy, maître en cuisine, les avait accueillis alors, en musique, avec le soutien de René Berland à la batterie et Hubert Barthoulot au piano à bretelle. Marielle et Didier étaient aujourd’hui aux fourneaux, et l’événement a été dignement fêté, l’occasion pour les jeunes mariés de rappeler quelques belles anecdotes. Cette nuit de 1956 déjà très avancée avait vu notre batteur surprendre son ami guitariste et son épouse, soupe à l'oignon dans une main, pipeau dans l’autre, pour une séquence tout droit inspirée d’un tableau hindou. Le lendemain serait tout aussi ludique, avec deux tickets de bus pour une lune de miel au cœur de Lavelanet et de ses grandes fêtes d’été. Sincères compliments à Andréa et André, et bonne retraite dans le paisible quartier du lac.

Écrire un commentaire