23.10.2016

C’était hier : Dernière escapade pour nos cyclos

L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 22 octobre 1996.

cyclo-vtt-club du chalabraisLe « tougnol » de Jeanne n’a qu’à bien se tenir. De gauche à droite, Eric Fayet, Roger Quério, un cyclo de passage invité à partager un peu de pain à l'anis, Jean Navarro, Jean Quério, Francis Amouroux, Claude Chauveton, César Martinez (photo archives octobre 1996).

Le Cyclo-club du Chalabrais n’a pas dérogé à la tradition, en programmant la der des sorties officielles pour 1996, sur les belles routes de nos Corbières. Au petit jour et en petit peloton, les cyclos du président Jean Quério ont quitté le siège café de la Paix pour relever aussitôt une absence de marque : éclipsé la veille par une lune cabotine, et fatiguée de surveiller nos nuits, le chaud soleil d’octobre boudait tout simplement le rendez-vous. Certainement vexé, il préférait envoyer à sa place un « brave marinas » que nos vaillants coursiers vont affronter tout au long de la randonnée. Direction le col des Tougnets, Festes, Magrie et Limoux où les CCC vont alors commettre le péché de gourmandise, au pied de Notre-Dame de Marceille, et sur une « malheureuse » initiative de l’ami Claude Chauveton, lequel ne se déplace jamais sans glisser un « tougnol » de sa fabrication dans la musette. Ce plein de calories était-il bien raisonnable ? Certainement car de Saint-Hilaire jusqu’à Arques en passant par Villebazy et Missègre, les hectomètres paraîtront interminables, face à un invariable vent violent et tourbillonnant. Le retour vers le Kercorb via Bugarach et le col de Saint-Louis s’effectuera après une nouvelle halte salutaire à l’abri des thermes de Rennes-les-Bains, où Hélène et Roger, toujours aux petits soins, s’efforceront avec succès de remonter le moral des troupes. Pourtant le tête à tête avec Eole était encore loin d’être terminé, et ce sont sept cyclos flapis qui rallieront peu avant la nuit, le siège du cours Colbert, où les attendait le chaleureux accueil de Betty.               

Les commentaires sont fermés.