04.10.2016

Le pont du chemin de fer est fermé à toute circulation

Par arrêté municipal, la portion de la voie verte qui inclus le pont de chemin de fer enjambant la rivière Hers, sera fermée à toute circulation, à compter de ce jour, 4 octobre 2016. Le chantier de restauration qui commence, va sensiblement modifier les habitudes des randonneurs et des automobilistes, habitués à partager en très bonne entente, une rocade chargée de souvenirs.

ligne lavelanet-bram

L'article mis en ligne ci-dessous, avait été publié dans l'Indépendant, édition du dimanche 1er octobre 2006.

Souvenirs d’une époque où les trains traversaient la ville

ligne lavelanet-bramJosé Trujillo (à gauche) aux côtés de ses camarades de travail.

Les quelques vestiges du passé tels que le pont métallique sur l’Hers, l’ancienne gare ou le tunnel du Falgas laissent imaginer quelle fut l’activité ferroviaire dans la vallée pendant la première moitié du XXe siècle. Cette voie qui traversait le canton de Chalabre reliait les villes de Lavelanet à Bram où s’effectuait la jonction avec l’axe Toulouse-Carcassonne. Les machines à vapeur pouvaient stopper à hauteur de la gare de Moulin-Neuf (Ariège), c’est là qu’un embranchement permettait de rejoindre Mirepoix.

Initiée en toute fin du XIXe siècle, la construction de la voie ferrée amena un changement radical dans la vie des Chalabrois à partir de 1903, année d’ouverture de la ligne. Les voyageurs avaient à leur disposition six trains par jour, trois dans chaque sens, auxquels s’ajoutait un train de marchandises. Pour aller de Chalabre à Bram (46 km), par le premier train du matin, le plus rapide, il fallait compter une heure et douze minutes, soit une moyenne commerciale de 38 km à l’heure. Il en coûtait 2,20 F en 3e classe, 3,70 F en 2e classe, 5,05 F en 1ère classe. Il est ainsi possible d’imaginer l’équipe de football des Moins de 13 ans, ramenant samedi un succès depuis le stade des Pyrénées à Bram, en chantant leur bonheur à tue-tête, penchés aux fenêtres d’un wagon enveloppé dans des volutes de vapeur. Philippe Gérard entraîneur du groupe, veillant pour sa part à ce qu’aucune escarbille de charbon ne vienne blesser un de ses protégés.

ligne lavelanet-bram

Sept fois par jour, la cité chalabroise résonnait du sourd grondement d’un long convoi franchissant l’Hers au pied de la colline de Bon Accueil. Là même où la « ruscade » des lavandières n’avait pas encore cédé la place aux habitations qui font face aujourd’hui au château de la famille des Mauléon-Narbonne. Mais les temps changent bien sûr et depuis bien longtemps maintenant, le vieux pont métallique ne bénéficie plus des soins d’entretien qui lui étaient autrefois prodigués par des équipes se relayant sur un jeu de « Meccano » grandeur nature. A l’image de notre concitoyen et ancien adjoint au maire décédé le 17 août dernier, José Trujillo, venu prêter main forte aux employés d’une entreprise chargée de repeindre cette structure témoin d’une lointaine richesse industrielle. Le 16 décembre 1973, le petit train sifflait une dernière fois sur la ligne, puis la SNCF vendit les gares.

ligne lavelanet-bramBillets de train Paris-Chalabre, datant de 1945.

ligne lavelanet-bram

Exposition Roest, photo Christian Wallon, archives, juillet 2011. 

Commentaires

Nous étions trois
Un pont et deux passerelles qui ornent le paysage chalabrois.
Ah ! nous en avons vu passer du monde ! nous aurions tant de choses à raconter !
Puis le temps a passé et nous avons vieilli, et peu à peu moins en moins de passants, moins d'écoliers. Devenions nous inutiles ??
Nous étions trois dans le même état de délabrement. Puis petit miracle, nous allions avoir droit à une restauration du pont.
Nous étions trois !
Et voilà qu'ils ne sont que deux !!!!!!
Moi la jolie passerelle du Chalabreil l !! je regarde avec envie ma consoeur rénovée.
J' aurai également besoin d'une petite rénovation, d'un coup de peinture et de quelques fleurs !
Vous m'avez oublié !!!!!
je me retrouve seule, alors que mes deux amis vont pavoiser dans leurs habits neufs !
J'ai froid, je suis moche, s'il vous plait pensez un petit peu à moi !
Je compte sur vous !
Nous étions trois et grâce à vous nous serons trois !
Trois belles passerelles d'antan au goût du jour

Écrit par : Patricia Bernard | 04.10.2016

Les commentaires sont fermés.