12.09.2016

Ginette Conte n’est plus

ginette conteJeudi 1er septembre, la cité du Kercorb rendait hommage à Ginette Conte née Bernard, décédée à l'hôpital des Hauts-de-Bon-Accueil à l'âge de 90 ans. Originaire de Montjardin où elle était née le 30 janvier 1926, Ginette Conte travaillera dès l’âge de 14 ans, à la manufacture de chaussures Canat, effectuant aussi des travaux de ménage. Elle rencontre André Conte, qu’elle épouse en octobre 1946, et le foyer s'enrichira de trois garçons, également choyés par Mémé Louise. Dans le même temps, Ginette exerce le gratifiant métier de « nounou », quand une petite Florence et un petit Jean-José lui sont confiés. Elle rejoindra plus tard les effectifs du bureau de poste de Chalabre, pour y exercer la fonction de factrice.  

Après le décès d’André en mai 1996, elle souffrira également de la disparition accidentelle de son frère, Hervé, et de la perte de deux de ses enfants. Son implication dans la vie associative s’atténue, et même si elle continue à chanter avec la chorale Eissalabra, l’envie de se grimer lors des sorties de carnaval n’est plus là. Désormais résidente des Hauts-de-Bon-Accueil, qu’elle avait souhaité rejoindre, elle avait vu sa santé brusquement s’aggraver. Ginette Conte s’est éteinte en ce dernier mardi du mois d’août. Au terme de la bénédiction célébrée en l’église Saint-Pierre, Ginette Conte a été inhumée aux côtés d’André son époux, et de Jean-Jacques et Christian, ses fils, disparus en juin 2004 et janvier 2010.

En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à son fils Richard, à Hubert, son frère, à Philippe, Valérie, Stéphane, Aude et Fabien ses petits-enfants, ses arrière petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

06:00 Publié dans Carnet noir | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ginette conte |  Facebook | | |

Commentaires

C'est toujours une tristesse pour moi de voir disparaître un visage chalabrois.
J'adresse toutes mes sincères condoléances et des pensées amicales à Richard qui vit une nouvelle épreuve.

Écrit par : cine | 13.09.2016

Les commentaires sont fermés.