06.06.2016

L’association Cri du Vent redouble d’énergie contre les éoliennes

cri du ventJean Baudeuf a présenté le bilan d’activités de l’association.

Jeudi 26 mai, le « Cri du vent » tenait son assemblée générale annuelle à Courtauly. Dans son rapport moral, le président, Dédou (Jean Baudeuf), a rappelé que sur la soixantaine d'éoliennes projetées depuis ces huit dernières années sur les 14 communes du canton, aucune n'a vu le jour. Cela grâce à une mobilisation très forte et des actions qui ont été menées très en amont des projets, avant l'obtention des permis de construire.

Ces actions ont eu une influence déterminante sur l'opinion des populations, et surtout celle des élus. C'est ainsi que plusieurs conseils municipaux sont revenus sur leurs positions et ont délibéré contre les projets éoliens sur leurs communes (Sonnac, Villefort, Montjardin). Dans les communes limitrophes de Saint-Couat et la Digne-d'Amont, les projets de parcs éoliens sont également au point mort.

Il appelait à rester vigilants et nombreux pour avoir plus de poids auprès des pouvoirs publics. Dans cette optique, le Cri du vent adhère à deux fédérations entre lesquelles elle fait le lien, celle de l'Aude (Fédération des Associations de Sauvegarde des Pays d'Aude), et celle de l'Ariège (Fédération de Défense du Cadre de Vie en Pyrénées Cathares).

cri du vent

Il concluait en évoquant le cas d'une installation agricole proche de Pomy, conditionnée par l’absence d'éolienne à proximité : «Je préfère voir un jeune couple faire revivre une ferme à l’abandon, plutôt que de voir des spéculateurs de l'éolien y installer leurs gigantesques machines à sou ».

Jean Huillet, maire de Camon et président de la FDCVPC, parlait ensuite de la situation en Ariège, où là aussi, à la suite d'une forte mobilisation des associations et de leurs interventions auprès des élus et des pouvoirs publics, les projets de parcs éoliens sont au point mort.

cri du vent

cri du ventEnfin, Agnès et Nicolas Roy, des amis de Saint-Sernin, ont parlé du difficile combat que depuis dix ans, leur association mène avec courage et détermination contre le projet de parc éolien de la croix de Saint-Pierre, « qui viendrait massacrer ce sommet emblématique entre Tourreilles et Saint-Sernin ». Leur intervention a donné lieu à un débat particulièrement fructueux, et les représentants des deux fédérations se sont dits prêts à venir les soutenir très nombreux, si le besoin s'en faisait sentir.

Le président a levé la séance et invité les participants à déguster le vin de rose, une spécialité de Camon que les amis ariégeois avaient amené. Après la réunion, le conseil d'administration s'est réuni et a reconduit le bureau à l'unanimité : président Jean Baudeuf, trésorière Francine Joulia, secrétaire Mireille Baudeuf.

06:00 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cri du vent |  Facebook | | |

Commentaires

Il est heureux que des élus reviennent sur leur décision et réalisent l'énorme arnaque des éoliennes géantes. Il est heureux que les populations mieux informées prennent conscience que notre pays est entre les mains de pieds nickelés.
"Voir un jeune couple faire revivre une ferme à l’abandon, plutôt que de voir des spéculateurs de l'éolien y installer leurs gigantesques machines à sous " c'est tellement évident qu'on a du mal à comprendre que des élus puissent avoir des euros à la place des yeux !
Bon courage aux femmes et aux hommes de bonne volonté.

Écrit par : Collectif Sauvegarde Lacamp | 10.06.2016

Les commentaires sont fermés.