01.04.2016

L’église Saint-Pierre ne repose sur aucune fondation

église saint-pierre,1er avril

Au mois d’août 2003, la planète Mars était au plus près de la Terre, et un concert proposé sous la nef de Saint-Pierre par l'association de sauvegarde du patrimoine artistique en Kercorb (ASPAK), avait motivé un compte-rendu de presse dont voici un extrait : « La planète rouge brillait d'un éclat nouveau dans la nuit chalabroise tandis que l'église Saint-Pierre, à l'image d'un vaisseau intergalactique, pivotait sur ses bases, embarquant un auditoire envoûté vers des destinations cosmiques. Aux commandes, Jean-Christian Michel, clarinettiste et compositeur, accompagné aux claviers par Monique Thus sa collaboratrice de toujours ».

Cela n’était qu’une image,… et pourtant. Il semble aujourd’hui que les bâtisseurs de ce lieu de culte, aient pris quelques libertés avec les règles élémentaires, autrement dit que les premières pierres de l’église Saint-Pierre ont purement et simplement été posées à même le sol. Certes il y a prescription puisque l’édification est intervenue autour de 1530, mais les travaux de restauration menés entre 1886 et 1892 par Nicolas Hillat, compagnon du tour de France, dit « La Bonté de Chalabre » , sont venus étayer ces doutes.

église saint-pierre,1er avril

L'aile nord présente certains signes de faiblesse.

Comme mentionné dans le Tome VI édité en 2002 par l’association Il était une fois Chalabre, sous la plume de Charles Hillat, « cette église remaniée pour la dernière fois en 1830 avait à cette époque besoin d’importants travaux de remise en état, tels que la démolition de la nef et des sacristies, puis la reconstruction à l’identique de l’édifice ». Ainsi en avait décidé le conseil de fabrique, chargé d’administrer les biens de la paroisse, dont le curé (abbé Blancard, curé de 1855 à 1887, puis son successeur l'abbé Pierre Salomon) et le maire (Paul Bézard de 1882 à 1888 et Jean-Jacques Tournié de 1888 à 1896), étaient membres de droit. Reprenons le récit de Charles Hillat : « Il faut croire que la nécessité de rénover Saint-Pierre se faisait sérieusement sentir, si l’on en juge par l’importance du devis dressé par l’inspecteur diocésain des édifices religieux : 141.240,00 F. Il faut aussi déposer la toiture et la charpente abîmée, démolir plus de la moitié de la voûte, ainsi que la majeure partie des murs. Viendront ensuite les fouilles et les fondations… ». Et c’est certainement à ce moment-là que l’œil averti de notre compagnon du tour de France a réalisé combien ses lointains prédécesseurs avaient leurré leur monde. De mois en mois, de janvier 1886 à janvier 1892, après maintes divergences d’ordre éthique avec le conseil de fabrique, Nicolas Hillat dit « La Bonté de Chalabre », poursuivra les travaux engagés. Remettant à neuf l’église Saint-Pierre, avec les faibles moyens du moment, le cœur lourd et la conscience torturée, sous la surveillance étroite de l’architecte diocésain.

église saint-pierre,1er avril

Toute imprudence est désormais proscrite, afin de ne pas fragiliser davantage la stabilité de l’ouvrage.                 

Commentaires

Quelle inquiétude pour ceux qui habitent au pied du clocher...

Écrit par : philippe | 01.04.2016

tu es bon momo, tu as divinement bien rempli les filets de st pierre...

Écrit par : maso | 02.04.2016

Bonjour Maso,
Je te remercie. Ta remarque confirme s'il en était besoin que Saint-Pierre est bien le Patron des pêcheurs.
Je te souhaite une bonne journée.

Écrit par : Ch. M | 04.04.2016

Les commentaires sont fermés.